Rêve d’usine

Un film de Luc Decaster

 2003  France  Documentaire  98 mn  Couleur  Mode de production : Télévision  VF

 Image : Patrice Guillou  Son : Pierre-Yves Lavoué  Montage : Claire Atherton

Producteur :
Corto Pacific (22 rue Davy, 75017 Paris, Tél : 06 80 02 43 36, @ : cortop@club-internet.fr)
Distributeur :
Corto Pacific (22 rue Davy, 75017 Paris, Tél : 06 80 02 43 36, @ : cortop@club-internet.fr)

En septembre 1999, une nouvelle tombe de Zurich : la direction du groupe Slumberland, auquel appartient l’entreprise Epéda, a décidé la fermeture totale de l’usine de Mer fondatrice des matelas Epéda, au cœur du Loir-et-Cher.
Une décision inattendue qui touche 294 ouvriers. Un conflit s’ouvre. La vie se réorganise à l’intérieur des ateliers.
Proche des corps, des regards, c’est le récit d’une résistance au quotidien contre une fermeture que les ouvriers découvrent comme déjà programmée loin de Mer. Seul aussi, chacun cherche à comprendre, avec ses préoccupations.
En avril 2000, les camions qui partent d’Epéda n’emportent pas de matelas, mais les machines les plus performantes de « l’usine »…

Dans ce film Luc Decaster a filmé les salariés d’Épéda, à Mer dans le Loir-et-Cher, depuis le moment où ceux-ci apprennent que leur usine, pourtant bénéficiaire, va fermer (septembre 1999) jusqu’à la fin d’un conflit social de plusieurs mois.
Le travail s’arrête lentement, Luc Decaster a capté le quotidien des ouvriers jusqu’au jour de leur licenciement. Des conversations spontanées naissent dans le silence des machines les ouvriers expriment leur colère et leur incompréhension. Comme pris au piège devant leurs machines, les ouvriers, livrés à eux-mêmes, cherchent en vain un interlocuteur. Du conflit social au traumatisme individuel, de la colère à la souffrance, de l’incrédulité à la résignation, Rêve d’usine donne à voir un drame humain dans toute sa violence, sa complexité, son absurdité.

A noter également que Luc Decaster est ami de l’un des ouvriers d’Epéda licenciés.

(Extrait du compte rendu de la rubrique vidéo et cinéma de l’université de Paris I qui aborde des problématiques en lien avec l’histoire sociale.)

Pour découvrir ce film

Lieux de consultation :
Sur internet :

Le film dans la base

Incontournable dans les chemins d’accès :
Projeté dans le festival :