Clairvivre, enquête sur une utopie

Un film de Gabriel Peynichou, José Vieira

 2001  France  Documentaire  52 mn  Couleur  Mode de production : Télévision  VF

 Scénario : José Vieira, Gabriel Peynichou  Musique : Emmanuel Shigicelli  Image : Nicolas Thibault, Michel Bruneau, José Vieira  Son : Bernard Morand  Montage : Eric Sandrin

Producteurs :
Chamaerops Productions (27, rue de Cotte,, 75012 Paris, Tél : 01 43 43 16 00, Mail : chamaerops.productions@wanadoo.fr)
Lilith production (52 rue de Douai, 75009 Paris, Tél : 01 40 16 07 68, Fax : 01 48 78 20 21, Mail : lilithproduction@wanadoo.fr)
Distributeurs :
Images de la culture (CNC) (291 boulevard Raspail, 75014 Paris, Tél : 01 44 34 34 40, Fax : 01 44 34 37 25, @ : idc@cnc.fr)
Chamaerops Productions (27, rue de Cotte,, 75012 Paris, Tél : 01 43 43 16 00, Mail : chamaerops.productions@wanadoo.fr)

En pleine forêt périgourdine, sur un coteau ensoleillé, la cité de Clairvivre fut entièrement construite en 1933 pour accueillir les gazés de la Grande Guerre et les tuberculeux. Le film nous la montre peu changée aujourd’hui. Son histoire est retracée par les témoignages, encore émerveillés, des premiers candidats à l’utopie et par des films d’archives, dont celui de l’inauguration de cette « ville de clarté, œuvre de paix et de fraternité ».

Au début des années 1930, la Fédération nationale des blessés du poumon convainc l’État de financer la construction d’une ville en Dordogne. L’initiateur en est le secrétaire général Albert Delsuc, assisté du docteur Hazemann, fondateur de la médecine sociale, et de l’architecte moderniste Pierre Forestier. Ils conçoivent une sorte de phalanstère, sur le modèle des projets du socialisme utopique du XIXe siècle, où les pensionnaires qui travaillent sur place sont rémunérés par des bons. C’est une ville transitoire, opposée au sanatorium, où les tuberculeux guéris peuvent vivre avec leur famille. Rationnelle, organisée par zones (habitat, loisir, travail, services), bien aérée, la cité compte 177 pavillons jumelés en béton armé avec de grandes baies vitrées et des balcons donnant sur les vergers. Une centrale distribue eau chaude et électricité ; ce « petit paradis », qui dispose de tout le confort moderne, enchante les plus pauvres.

Ce documentaire a pour objet de découvrir comment a fonctionné Clairevivre du début des années 30 à nos jours. Les luttes internes entre les premiers pionniers paraissent essentielles en ce qui concerne la compréhension des systèmes utopiques.

Pour découvrir ce film

Lieu de consultation :
Sur internet :

Le film dans la base

Incontournable dans les chemins d’accès :