Toshikuni Doï

 @ : doitoshikuni@mail.goo.ne.jp

Né en 1953, Toshikuni Doï est un journaliste indépendant japonais. Il a publié de nombreux articles dans plusieurs revues de premier ordre et a réalisé de nombreux films documentaires pour des émissions. Il a également publié plusieurs livres au Japon.

Depuis 1985, il a visité les territoires occupés à plusieurs reprises et a vécu presque pendant des mois, faisant largement état des villages palestiniens et des camps de réfugiés. Au printemps 2009, il a réalisé une série de films intitulée Une voix non entendue - Palestine, Occupation et Peuple, basé sur sa couverture de 17 ans en Palestine et en Israël. La dernière partie de la série Breaking the Silence a remporté trois prix.

Il a également couvert l’Asie, notamment les victimes de la bombe atomique en Corée qui se trouvaient à Hiroshima ou à Nagasaki en 1945, les femmes coréennes obligées de devenir travailleuses sexuelles et esclaves par l’armée japonaise et les enfants de la rue en Thaïlande et au Vietnam. Sa couverture de la politique du gouvernement japonais en matière de réfugiés a été saluée. Depuis avril 2003, il a visité l’Irak sous occupation quatre fois, en se concentrant sur les victimes civiles de la guerre, les droits des femmes, les mauvais traitements infligés aux prisonniers ou la torture. Son film documentaire, Fallujah en avril 2004 a été présenté en Europe et aux États-Unis, notamment au Festival du film de Milan.

(Site web du réalisateur)

Films dans la base

Vivre à l’étranger. Un Birman au Japon

Toshikuni Doï, 2013

Ce documentaire couvre 14 ans de la vie de Kyaw Kyaw Soe en tant que militant pro-démocratique birman au Japon.

Iitaté : chroniques d’un village contaminé

Toshikuni Doï, 2013

En mars 2011, le monde a été secoué par la catastrophe nucléaire de Fukushima. Aujourd’hui, les habitants d’Iidate, une ville située en dehors de la zone d’exclusion de rayonnement de 30 km autour de la centrale nucléaire, souffrent encore. La direction du vent, la pluie et la neige ont causé des rayonnements pour atteindre des niveaux dangereux et la ville entière a été forcée d’être évacuée. Ce portrait des gens et de leurs sentiments envers leurs familles et leur ville natale perdue montre clairement qu’il y a des blessures profondes à guérir.

Briser le silence

Toshikuni Doï, 2009

Au printemps 2002, l’armée israélienne a encerclé et attaqué le camp de réfugiés de Balata. La caméra suit les résidents vivant dans un état de terreur et enregistre leurs vies et leurs sentiments.