Gsara

http://www.gsara.be

 26 rue du Marteau  B-1210 Bruxelles  Belgique  Tél : 32 2 218 58 85  Fax : 32 2 217 29 02  Mail : info@gsara.be

Films dans la base

Chez Jolie coiffure

Rosine Mbakam, 2018

Après avoir fuit le Liban où elle était réduite en quasi esclavage, Sabine, orginaire du Cameroun s’installe dans le quartier Matongé à Bruxelles, où elle est gérante d’un salon de coiffure, en attendant que sa situation se régularise. Dans ce salon de 8m2, Sabine et les autres coiffeuses s’organisent et s’entraident pour faire face à la clandestinité.

Jungle étroite (La)

Benjamin Hennot, 2013

Ex-syndicaliste, Gilbert Cardon assure la permanence de Fraternités ouvrières, où il ne manque jamais d’envoyer les visiteurs se perdre dans son jardin-verger expérimental. Il y dispense des cours de jardinage et de permaculture.

Dormants (Les)

Pierre-Yves Vandeweerd, 2008

Les quatre récits qui habitent ce film nous entraînent de la Belgique aux rives du fleuve Sénégal, des Ardennes françaises aux montagnes du Sahara occidental. Ils ont pour point commun de nous guider à la rencontre des dormants. Des hommes et des femmes évoluant entre deux mondes, celui des absents et celui des vivants, entre deux états, celui de l’éveil et celui du sommeil.

Cercle des noyés (Le)

Pierre-Yves Vandeweerd, 2007

Le Cercle des noyés est le nom donné aux détenus politiques noirs en Mauritanie, enfermés à partir de 1987 dans l’ancien fort colonial de Oualata. Ce film donne à découvrir le délicat travail de mémoire livré par l’un de ces anciens détenus qui se souvient de son histoire et de celle de ses compagnons.

Mon diplôme, c’est mon corps

Sophie Bruneau, Marc-Antoine Roudil, 2006

En psychothérapie depuis janvier 2000, Madame Khôl travaillait comme femme de ménage pour cinq employeurs différents jusqu’au jour où elle fit une chute dans un escalier.

Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés

Marc-Antoine Roudil, Sophie Bruneau, 2005

Chaque semaine, dans trois hôpitaux publics de la région parisienne, une psychologue et deux médecins reçoivent des hommes et des femmes malades de leur travail.

Closed district

Pierre-Yves Vandeweerd, 2004

En 1996, Vandeweerd est à Mankien au Sud-Soudan, pour filmer la guerre civile du pays, dans un acte d’engagement. Il découvre vite une réalité complexe, qui dépasse sa vision d’une lutte entre un gouvernement oppresseur et des minorités opprimées. De retour en Belgique, pris d’un sentiment d’impuissance, le réalisateur décide de ne pas montrer ses images. Depuis, Mankien a été massacré, probablement avec la complicité des sociétés pétrolières occidentales. Les personnes filmées sont pour la plupart mortes… Vandeweerd décide finalement d’en faire un film.

Pour vivre, j’ai laissé

Collectif : Güldem Durmaz, Bénédicte Liénard, Valérie Vanhoutvinck, 2004

Septembre 2004, des cinéastes rencontrent un groupe de demandeurs d’asile. Ceux-ci s’emparent de la caméra et filment leur quotidien : des couloirs du foyer à la ville interdite à celui qui n’est encore rien.

Dr Nagesh

Vincent Detours, Dominique Henry, 2004

Le Dr Nagesh assure quotidiennement une consultation gratuite à Mumbai (Bombay). Il y reçoit des séropositifs qui ne peuvent pas payer les traitements contre le VIH. Ces hommes, femmes et enfants affrontent la maladie et le rejet des autres.

Radio schizo

Karin Rondia, 2001

C’est l’histoire de quelques jeunes, atteints de schizophrénie, qui préparent une émission de radio autour de leur maladie

Mieux vaut être riche et Américain que pauvre et Burkinabé

Philippe de Pierpont, 1993

Le récit d’un champion de boxe burkinabé sélectionné pour les jeux olympiques de Barcelone, mais qui, pour des problèmes de visa, n’arrive pas à temps pour la pesée…