Tact production

http://www.tact-production.com

 14 Bis rue du Capitaine Guynemer  93100 Montreuil  Tél : 01 43 63 44 81  @ : info@tact-production.com

Films dans la base

Miséricorde de la jungle (La)

Joel Karekezi, 2018

1998, région du Kivu, à la frontière entre le Congo et le Rwanda. Alors que la deuxième guerre du Congo fait rage, le sergent Xavier, héros de guerre rwandais, et le jeune soldat Faustin perdent la trace de leur bataillon. Ils se retrouvent alors isolés et sans ressources pour faire face à la jungle la plus vaste, la plus dense, et la plus hostile du continent. Éprouvés par la faim, la soif et la maladie, ils devront faire face à leurs propres tourments, et à ceux d’un territoire ravagé par la violence.

Mémoire de missionnaires

Delphine Wil, 2017

Ce documentaire raconte la colonisation belge au Congo sous un angle inédit, celui de l’évangélisation.

Route du pain (La)

Hicham Elladdaqi, 2015

Le quotidien des habitants d’un quartier populaire de Marrakech, ou le ballet toujours recommencé des laissés pour compte d’un système.

Amandiers de l’histoire (Les)

Jaco Bidermann, Valentin Lagard, 2004

Quarante ans après le débarquement des harkis à Largentière, l’anniversaire est célébré. L’occasion de se remémorer et surtout de donner la voix aux enfants de harkis qui stigmatisent leurs problèmes de société autour d’une identité qu’ils ont du mal à reconnaître.

Routes du silence (Les)

Jean-Luc Cohen, Arnaud Jouve, Louis Bastin, 2004

Enquête sur la probable toxicité du bitume qui recouvre nos routes : un problème de santé publique recouvert du sceau du secret par les intérêts en jeu

Carotte et le Bâton (La)

Stéphane Arnoux, 2004

La France est confrontée à un choix de société. Continuera-t-elle de détruire son héritage culturel et social au profit d’un rêve éculé de consommation pour le seul bénéfice des actionnaires ? Ou retrouvera-t-elle le temps de penser, d’échanger, de vivre, à échelle humaine ?

Vie sans Brahim (La )

Laurent Chevallier, 2002

Soisy-sur-École est un petit village de l’Essonne de 2 000 habitants. C’est là que j’ai connu Brahim, le seul Arabe du village. Le seul, jusqu’à l’arrivée de Mustapha venu y racheter l’épicerie. C’est dans cette petite boutique que se fera la première rencontre entre les deux hommes, à des milliers de kilomètres de leur Maroc natal.