Compagnie des taxi-brousse (La)

http://www.cie-taxibrousse.com

 98 rue Jean-Pierre Timbaud  75011 Paris  Tél : 01 40 21 59 59  Fax : 01 40 21 59 79

Films dans la base

Biologie 2.0

Jérôme Scemla, Charles-Antoine de Rouvre, 2016

De la cellule à l’organisme, de la molécule à l’écosystème, le vivant foisonne… La biologie s’est attachée à observer cette nature fascinante, pour la comprendre et la maîtriser. Aujourd’hui, des ingénieurs du vivant veulent fabriquer de nouveaux organismes. C’est le pari de la biologie de synthèse. Cette techno-science, ou biologie 2.0, promet de résoudre nos problèmes de santé, d’environnement, d’énergie… S’agit-il d’une nouvelle et ultime révolution industrielle  ? Peut-on réécrire le livre de la vie, le programmer et l’utiliser comme une machine  ?

Edward Snowden, ennemi d’État (autre titre : À la poursuite d’Edward Snowden)

John Goetz, Heilbuth Poul-Erik, 2014

Juin 2013, la Maison Blanche donne l’ordre de retrouver Edward Snowden qui a révélé les détails des programmes de surveillance de masse américains. Une offensive diplomatique sans précédent est lancée pour capturer le «  traître  » à Hong Kong. Mais, 50 jours plus tard, c’est en homme libre que Snowden sort de l’aéroport de Moscou et Washington doit s’avouer vaincu. Les manœuvres et pressions du gouvernement américain et les épisodes rocambolesques de cette chasse à l’homme sont racontés par son principal acteur.

Daniel Ali, instituteur révolté dans l’Algérie coloniale

Georges Vérin, Maurice Ferlet, 2012

Ce film s’attache à mettre en lumière l’histoire de ces hommes et de ces femmes qui, dans les milieux intellectuels, et plus particulièrement dans le monde des instituteurs algériens, ont contribué à libérer l’Algérie.

Pas de quartier

Karim Samai, 2007

Ce spectacle contemporain raconte la danse hip hop issue d’une multitude d’influences, et a été enregistré dans le cadre du TOMA, (Théâtre d’Outre-mer en Avignon) en 2007.

Maternité d’Elne (La)

Frédéric Goldbronn, 2002

En 1939, une institutrice du Secours suisse, Elizabeth Eidenberg, fonde, près de Perpignan, une maternité pour les enfants victimes de la guerre dans un château abandonné : la maternité d’Elne abritera de nombreuses mères réfugiées espagnoles provenant du camp de Rivesaltes mais aussi des femmes juives et tsiganes. Elle permettra aux jeunes enfants de survivre loin des camps et sera fermée par les Allemands en 1944. Le film évoque l’histoire douloureuse de quelques-uns d’entre eux se retrouvant réunis à Elne.