Éloge de la boîte à chaussures

Un film de Vianney Lambert

 2017  France  Documentaire  9 mn  Couleur

 Scénario : Vianney Lambert  Musique : Vianney Lambert  Image : Vianney Lambert, Jacques Gautherot, Antoine Polin  Son : Vianney Lambert, Pierre-Emmanuel Mériaud  Montage : Vianney Lambert

Producteur :
Association Cent Soleils (108 rue de Bourgogne, 45000 Orléans, Tel. 02 38 53 57 47, @ : centsoleils_imagesdupole@yahoo.fr)
Distributeurs :
Agence du court métrage (77 Rue des Cévennes, 75015 Paris, Tél : 01 43 80 57 65, Fax : 01 44 69 26 69, @ : info@agencecm.com)
Images de la culture (CNC) (291 boulevard Raspail, 75014 Paris, Tél : 01 44 34 34 40, Fax : 01 44 34 37 25, @ : idc@cnc.fr)

J’ai trouvé il y a très longtemps dans une brocante une boîte de photos et de vieux papiers. Plus personne ne s’intéressait à ces photos prises à Alger durant l’année 1942. Hier, j’ai eu à nouveau envie de fouiller dans cette boîte. J’y ai retrouvé une étrange carte de visite…

L’avis d’Images en Bibliothèques :

À l’écran : un dessin. L’image bruite à la façon d’une vieille pellicule abîmée par le temps. Et puis, le réalisateur nous invite dans son appartement où il sort, un à un, documents et photographies contenus dans une vieille boite à chaussures ; des images arrêtées qu’il vient mettre en mouvement. Émerge alors l’histoire morcelée d’un homme dont le visage revient souvent. Se dresse un portrait en creux où les faits historiques, les lieux, les noms semblent être les seuls points d’ancrage et servent d’amorces pour imaginer ce que ces photographies peuvent raconter. Le document agit en preuve et vient nourrir le récit. L’intime rebondit sur l’époque et les deux histoires, la petite et la grande, jaillissent en pointillés. Qui était cet homme ? Que vivait-il cet été-là, en 1942 à Alger ? En neuf minutes, Vianney Lambert, avec sa voix feutrée, tente de reconstituer l’autre, sa vie supposée, ce qui n’est pas sur la photographie et il parvient à créer une mise en abîme poétique où le film devient à son tour cette petite boite contenant une histoire. Et l’on referme le tout en pensant aux myriades de petites boites attendant, peut-être, sur l’étal d’une brocante ou dans la tête d’un cinéaste.

Aurélie Solle , LES YEUX DOC - BPI

Le film dans la base

Chemin d’accès :