Derniers jours d’une ville (Les) (Akher ayam el medina)

Un film de Tamer El Saïd

 2016  Allemagne, Egypte, Emirats Arabes Unis, Royaume-Uni  Documentaire  118 mn  Couleur  Mode de production : Cinéma  VOSTF (arabe)

 Scénario : Tamer El Said, Rasha Salti  Musique : Amélie Legrand, Victor Moïse  Image : Bassem Fayad  Montage : Mohamed A. Gawad, Vartan Avakian Barbara Bossuet

 Participants : Khalid Abdalla, Mohamed Gaber, Islam Kamal, Zeinab Mostafa, Maryam Saleh, Hanan Yousef

Producteurs :
Mengamuk Films (@ : michel.balague{at}gmail{dot}com)
Distributeur :
Norte productions (12 rue Calmels, 75018 Paris, Tél : 09 83 84 01 58, @ : distribution@norte.fr)

Dans la splendeur en déclin du centre-ville du Caire, Khalid, un réalisateur de 35 ans, tente de capturer dans son film le souffle de la ville, tandis qu’autour de lui rêves et immeubles tombent en poussière. Avec l’aide de ses amis qui filment leur vie et lui envoient leurs vidéos de Beyrouth, Bagdad et Berlin, il trouve la force de faire face à la dureté et la beauté de l’existence.

Les Derniers jours d’une ville porte en lui la mélancolie d’un requiem. Fin 2008, deux ans avant le mouvement protestataire qui allait gagner le pays, le réalisateur égyptien Tamer El Said a commencé à filmer la ville du Caire, déjà étouffée par l’autorité du régime d’Hosni Moubarak depuis plus de 30 ans. Ce n’est pas donc un hasard si nous croisons dans son premier long-métrage un autre réalisateur hésitant, aussi perdu dans le montage de son film que dans sa propre vie : sa mère est hospitalisée en phase terminale, celle qu’il aime se prépare à quitter le pays et lui-même cherche un appartement dans une ville encombrée et chaotique. De Beyrouth, Bagdad et Berlin lui parviennent des images qui disent aussi les divisions d’un monde arabe en pleine errance ou décomposition. Quelle fonction le cinéma peut-il alors donner ? Et quelle place définir entre deux mouvements interférants : celui qui s’intensifie dans les rues de la capitale égyptienne et celui, plus intérieur, de Khalid ? Le premier long-métrage de Tamer El Said répond à cette question par d’autres questions. Quels sont les derniers jours de la ville évoqués par le titre ? Sont-ce ceux de la ville telle que nous la connaissons ou ceux de Khalid avant qu’il ne s’en éloigne ? Sommes-nous à la veille d’un hypothétique renouveau ou déjà engagés dans un processus apocalyptique de dissolution de la société civile ? AR, Sur le site de 3 continents

Pour découvrir ce film

À télécharger :
Dossier de presse (PDF - 11 Mio)

Le film dans la base

Chemin d’accès :