Capitaine Thomas Sankara

Un film de Christophe Cupelin

 2012  Suisse  Documentaire  90 mn  N&B et Couleur  Mode de production : Cinéma

 Scénario : Christophe Cupelin  Image : Christophe Cupelin  Son : Christophe Cupelin, Philippe Ciompi, Perspective Films

Producteurs :
Akka films (13 chemin Carabot, 1233 Bernex, SUISSE, Tél : +41 (0) 22 345 11 70, @ : info@akkafilms.ch)
Laïka Films (Case postale 5476, CH-1211 Genève 11, SUISSE, Tél: +41 22 328 09 24, @ : mail@laika.info)
Distributeurs :
Doc & Film International (13, rue Portefoin, 75003 Paris, Tél : 01 42 77 56 87, Fax : 01 42 77 36 56)
Vendredi (10 rue Moinon, 75010 Paris, Tél : 01 40 16 08 65 / 06 65 38 38 56, @ : marie@vendredivendredi.fr)

Thomas Sankara devient président de la Haute-Volta à la faveur d’un coup d’Etat le 4 août 1983. Une année après, il marque définitivement l’histoire et l’identité de son pays en le rebaptisant «  Burkina Faso  », littéralement la «  Terre des Hommes intègres  ».

Bien au-delà des frontières de son pays, il a représenté un immense espoir pour une grande partie de la jeunesse africaine. Il a conduit une révolution «  démocratique et populaire  », et apporté davantage de progrès pour les populations pendant les quatre années de sa présidence que durant un demi-siècle de colonisation française.

Sa politique d’affranchissement du Burkina Faso, qui promeut notamment l’autosuffisance de la nation sur le plan alimentaire, l’amène à prendre radicalement position contre toute forme d’influence impérialiste ou néocoloniale, et lui fait adopter un discours sans ambages à l’égard des puissants de son époque.

Sankara tente de réformer en profondeur la société civile, qu’il considère comme encore figée sur le modèle féodal, en luttant contre les inégalités entre hommes et femmes, l’analphabétisme, la corruption, les privilèges des fonctionnaires… Encourageant le peuple burkinabé à reprendre le pouvoir sur sa propre destinée, il associe les citoyens à son combat contre la malnutrition, la soif ou la diffusion des maladies.

Mais en dépit des succès apparents et de la popularité de sa révolution, Sankara est contesté en coulisses. Il est brusquement assassiné le 15 octobre 1987 lors d’un coup d’Etat que l’on dit organisé par Blaise Compaoré, l’homme qu’il considérait comme son frère, actuel président du Burkina Faso. Le nouveau régime s’efforce ensuite d’effacer le souvenir de quatre années de présidence Sankara.

Aujourd’hui, à travers un montage d’archives rares méticuleusement rassemblées, le réalisateur Christophe Cupelin offre une vision complète de l’héritage intellectuel et politique de ce chef d’Etat atypique. En conférant à son documentaire l’énergie d’un manifeste punk, entre idéalisme et ironie, il restitue fidèlement l’atypisme de ce chef d’Etat, percutant dans son action comme dans ses propos.

Vingt-sept ans après sa disparition tragique et officiellement non élucidée, ce film donne enfin à voir et à entendre la parole de Thomas Sankara, l’un des plus importants leaders africains du 20ème siècle.

(Site web du film)

Pour découvrir ce film

Sur internet :

Le film dans la base

Chemin d’accès :
Période :