Dormir, dormir dans les pierres

Un film de Alexe Poukine

 2013  France  Documentaire  74 mn  Couleur  Mode de production : Cinéma

 Scénario : Alexe Poukine  Image : Alexe Poukine  Son : Grégory Lemaître  Montage : Agnès Bruckert

Producteur :
Abacaris Films (15 passage de la Main d’or, 75011 Paris, Tél : 01 48 05 19 19, Fax : 01 48 05 64 14, @ : contact@abacaris-films.fr)
Distributeur :
BPI (Bibliothèque Publique d’Information) (Centre Georges Pompidou, 25 rue du Renard, 75197 Paris CEDEX 04, Tel: 01 44 78 45 70, Fax: 01 44 78 46 83)
Distributeur institutionnel :
ADAV (41 rue des Envierges, 75020 Paris, Tél : 01 43 49 10 02, Fax : 01 43 49 25 70, @ : contact@adav-assoc.com)

« Je voulais faire un film sur les gens qui se perdent ». Alexe Poukine, la réalisatrice, s’était déjà intéressée à ces hommes et femmes de la rue, avant d’apprendre, quelques années plus tard, qu’Alain, son oncle, est mort de froid sur un trottoir de Paris. Pour essayer de comprendre « l’itinéraire de son naufrage », elle filme pendant trois ans le quotidien de deux « SDF », Joe et Bart. Ils sont vivants, attachants, agaçants. Elle revient sur les lieux que son oncle a fréquentés, rencontre des gens qu’il a connus, interroge ses proches. Ces destins s’entrecroisent, s’éclairent, se complètent.

« Je voulais que le présent des uns résonne avec le passé de mon oncle. Qu’on puisse se dire que Joe et Bart sont forcément les frères, ou les fils, ou les pères de quelqu’un… Je voulais également avoir le portrait en creux de quelqu’un qui est déjà mort, et le portrait de deux personnes qui essayent de ne pas mourir. C’était l’idée de départ. »

Malgré une réalité souvent difficile, Alexe Poukine réussit à nous offrir un film à la fois délicat et sensible, profondément humain, plein de poésie, personnel et universel. « Certaines choses sont difficilement filmables, le milieu est très violent. Mais je ne voulais pas créer de rejet. Politiquement, mon film est donc un peu compliqué, parce qu’il reste assez doux. Au centre d’hébergement de Nanterre, je n’ai presque rien filmé. Je montre juste un écran de surveillance. Parce que tu ne peux pas filmer les cafards, le sang et 250 personnes hurlant. »

Dormir, dormir dans les pierres est à la base un recueil de poèmes de Benjamin Péret. (Éditions surréalistes, 1927)

(Source : Peuple et culture Corrèze)

Pour découvrir ce film

Lieux de consultation :

Le film dans la base

Chemin d’accès :
Projeté dans les festivals :
Traces de vies (Vic Le comte)