Grands soirs et petits matins

Un film de William Klein

 1978  France  Documentaire  90 mn  Couleur  16 mm  Mode de production : Télévision  VF

 Image : William Klein  Son : Harald Maury  Montage : Catherine Binet, Nelly Quettier, Valérie Mayoux

Producteur :
Paris New-York Productions (a cessé son activité)
Distributeur :
Productions de la Lanterne (8 avenue de la Porte de Montrouge, 75014 Paris, Tél : 01 45 39 47 39, Fax : 01 45 39 02 96, Mail : info@lalanterne.fr)
Distributeur institutionnel :
ADAV (41 rue des Envierges, 75020 Paris, Tél : 01 43 49 10 02, Fax : 01 43 49 25 70, @ : contact@adav-assoc.com)
 Éditeur :
Arte vidéo (ARTE France Développement - Service commercial, 8, rue Marceau, 92785 Issy les Moulineaux cedex 9)

Le mois de mai 1968 à Paris par le cinéaste et photographe américain William Klein. La caméra se porte dans les rues du Quartier latin, de la Sorbonne à l’Odéon, tout près des manifestants, enregistrant les débats sur le vif et au jour le jour.

« Le film de William Klein est construit sans préoccupation de la succession chronologique des faits pour donner une image globale de mai-juin 68 en ménageant au spectateur un accès de plain-pied par le concret, le vécu de ces jours-là, pour atteindre, à la fin du film seulement, le noyau politique du mouvement. Au début donc par touches juxtaposées, des aspects divers de ce qu’on pourrait appeler la « vie quotidienne » de mai-juin 68, si différente de la grise vie quotidienne habituelle. Des images - très belles - des manifs (celle du 30 mai à la Gare de Lyon), des barricades la nuit. Mais aussi des aspects plus modestes - plus intimes, pourrait-on dire. Par exemple la mise au point d’un slogan à Censier, une crèche sauvage, la cantine de la Sorbonne. Ou encore cette scène tellement vraie dans ses contradictions : à un comité de grève lycéen une mère téléphone, inquiète de son fils ; une fille du comité rigolant un peu mais gentiment, répond avec un trésor de patience […] Mais ce quotidien n’empêche pas de mettre en place l’événement qui le dépasse. On a vu partout l’image de la rencontre ouvriers-étudiants aux grilles de Citroën. Mais nulle part, je crois, elle n’est développée comme ici avec des phrases chargées de conviction personnelle, de pouvoir émotionnel, surprises dans ce dialogue que brisent les grilles de l’usine. Nulle part on ne ressent autant ce moment comme un sommet du drame politique de mai-juin 68 avec ces grilles interposées donnant, au niveau du symbole, l’image d’une double prison. De même le film ne néglige pas la dimension politique. Présente partout, dans les petits meetings de rue ou les réunions de comités, elle s’amplifie en conclusion par des déclarations de Cohn-Bendit, Geismar, Vigier, Weber, Ben Saïd, Krivine. »

Jean Delmas, Jeune Cinéma n° 111, juin 1968 

Film programmé lors de la 3ème Décade Cinéma et Société 2008 sur les années 68 au cinéma

Pour découvrir ce film

Lieux de consultation :

Le film dans la base

Incontournable dans les chemins d’accès :
Autres chemins :
Incontournable dans la période :
Projeté dans les festivals :