Budrus

Un film de Julia Bacha

 2009  États-Unis, Israël, Palestine  Documentaire  70 mn  Couleur  Mode de production : Cinéma

 Scénario : Julia Bacha  Image : Shai Pollack, Monalisa Sundbom, Olof Sjölund, Jonathan Massey, Julia Bacha, Riyad Deis, Mohammed Fawzi  Son : Scott Freiman  Montage : Julia Bacha

Producteur :
Just Vision (1616 P St NW, Suite 340, Washington, DC 20036, ÉTATS-UNIS, @ : info@justvision.org)

Budrus montre les initiatives de civils israéliens et palestiniens pour résoudre le conflit sans recours à la violence. C’est l’histoire du village d’où est parti ce mouvement, Budrus, en Cisjordanie, au nord-ouest de Ramallah.

Le fondateur du mouvement est Ayed Morrar, responsable communautaire palestinien du village de Budrus, au Nord-Ouest de Ramallah, qui, avec sa fille Iltezam fit intervenir les femmes au cœur du conflit. En 2003, par réaction à la construction du mur de séparation qui les dépossédait d’une partie de leurs terres, père et fille ont créé un mouvement qui se poursuit toujours. Il a pour but d’organiser des manifestations non violentes pour obtenir de réviser le tracé du mur/barrière là où il empiète sur les terres appartenant à des Palestiniens.

Dans le film, on voit des Palestiniens pleurant leurs oliviers perdus, la police des frontières israélienne hésitant à employer la force contre des pacifistes israéliens, et de jeunes Palestiniens se faisant rappeler à l’ordre par leurs amis parce qu’ils jettent des pierres sur des soldats israéliens et que cela risque de transformer en affrontement violent une manifestation pacifique.

Parmi les scènes les plus émouvantes, il y a ces femmes palestiniennes esquivant de justesse les bulldozers, et une soldate israélienne fraternisant avec des Palestiniennes de Budrus. Certes, le film porte d’abord sur ce village en particulier, mais il a un objectif plus large : montrer que par des moyens pacifiques on peut faire changer les choses au Moyen-Orient.

La première mondiale de Budrus fut donnée lors d’une projection de gala au Festival international du film de Dubaï en décembre 2009. La soirée s’acheva par un discours de la reine Nour de Jordanie, faisant l’éloge du film et soulignant qu’il apporte “un espoir énorme… Ce récit va marquer, et il peut contribuer à changer les choses”.

Sara Reef

(source : Service de presse Common ground)

Pour découvrir ce film

Sur internet :

Le film dans la base

Chemin d’accès :
Période :

Pour aller plus loin

Ce film fait partie de la sélection Le Combat pour la paix : résistance et pacifisme, du dossier Irenées Filmographie du conflit israélo-palestinien.