Mères indignes ?

Un film de Yvonne Debeaumarché, Juliette Armanet

 2010  France  Documentaire  52 mn  Couleur  Mode de production : Télévision

 Image : Vincent Verrier, Thomas Vaillant, Martin Hamelin, Olivier Surville  Montage : Vanessa Giangrande

Producteur :
Dream way productions (28 rue du Docteur Finlay, 75015 PARIS, Tél. 01 44 37 56 56)

Dans un décor minimal, des mamans. Des mamans face à elles-mêmes, face à leurs doutes, leurs joies, leurs difficultés, leur bonheur d’être mère. Des mamans face à Juliette Armanet et Yvonne Debeaumarché qui réalisent ce film. Ces interviews, ou plutôt ces confidences, affichent d’emblée leur distance, leur côté théâtral.

Un théâtre de l’absurde, un jeu de dupes que les réalisatrices et leurs témoins entendent dénoncer. Quel complot s’agit-il ici de révéler au grand jour ? Rien moins que celui, universel et immuable, redoutablement ancré au cœur de nos sociétés, de la « mère parfaite », de la « mère icône ».

Avec humour et émotion, toutes ces femmes témoignent de leur rôle de mère. Chronologiquement, elles retracent le film – commun, mais douloureux à force de silences et de tabous – de leur propre maternité. Du désir d’enfant à la grossesse, de l’accouchement à l’éducation, elles se racontent face caméra. Elles Face caméra, des femmes racontent sans tabou leur rôle de mère. Avec distance, humour et émotion, ce documentaire original et inédit fait voler en éclats l’idéal de la « mère parfaite ». Alors… toutes des mères indignes ? évoquent les bouleversements que provoque, en elles, autour d’elles, dans le regard des autres, l’arrivée d’un enfant. Elles parlent de perte de liberté, de deuil de l’insouciance, de sentiment d’étrangeté.

Les entretiens se répondent en écho, se contredisent, se complètent, se renforcent. Chacune, selon son âge, son parcours, vit l’expérience à sa manière. Mais toutes révèlent cette même peur, honteuse et secrète, de ne pas réussir à correspondre à l’image qu’on attend d’elles. Une image que, bien souvent, elles contribuent elles-mêmes à forger et à perpétuer.

Mères indignes ? Elles le sont, assurément, parce qu’il n’y a pas plus de mère « digne » que d’instinct maternel « naturel ». Parce qu’on n’est pas mère, on le devient en permanence, jour après jour, dans la découverte patiente et imprévisible de soi-même et de l’autre.

(source : France 4)

Le film dans la base

Chemin d’accès :