Train en marche (Le)

Un film de Chris Marker

 1971  France  Documentaire  32 mn  Mode de production : Cinéma  VF

 Scénario : Chris Marker  Image : Jacques Loiseleux

 Distribution : François Perrier, Alexandre Medvedkine

Producteurs :
Iskra (9 rue Pierre et Marie Curie, 94200 Ivry-sur-Seine, Tél : 01 58 46 12 07, @ : iskra@iskra.fr)
SLON (Société pour le lancement des oeuvres nouvelles) (devenu ISKRA) (9 rue Pierre et Marie Curie, 94200 Ivry-sur-Seine, Tél: 01 58 46 12 07, @ : iskra@iskra.fr)
Distributeur :
Iskra (9 rue Pierre et Marie Curie, 94200 Ivry-sur-Seine, Tél : 01 58 46 12 07, @ : iskra@iskra.fr)
Distributeur institutionnel :
ADAV (41 rue des Envierges, 75020 Paris, Tél : 01 43 49 10 02, Fax : 01 43 49 25 70, @ : contact@adav-assoc.com)

Hommage de Chris Marker à Alexandre Medvedkine, qui raconte l’histoire du kinopoezd (« ciné-train ») avec lequel, entre le 25 janvier 1932 et le 15 janvier 1933, il se fit, pendant 294 jours, agitateur politique et cinématographique itinérant pour l’accomplissement du premier plan quinquennal. Trente-deux personnes constituent l’équipe qui parcourt l’URSS à bord de ce train qui sert d’hôtel, de laboratoire et de salle de projection, et qui est l’héritier de tous les trains d’agit-prop qui ont parcouru l’Union Soviétique dans les années 1920, avec leur charge de message révolutionnaire. « Ça nous paraissait intéressant d’arracher le studio à ses fondations de pierre, et de le faire entrer dans des wagons. De faire en sorte que ce studio, on puisse le transporter à travers notre immense pays, qu’on puisse filmer la vie de notre peuple, et immédiatement montrer cette vie à ce peuple, et par là l’aider à construire un monde nouveau, ce qui était à l’époque notre plus grande préoccupation. »

« Si le ciné-train a enrichi la vie de Medvedkine, il n’a pas fini d’agir sur d’autres vies. Un groupe d’ouvriers français réalisant ses propres films s’est baptisé « Groupe Medvedkine ». Pour rappeler à la classe ouvrière que le cinéma est une de ses armes, et aussi pour apprendre à regarder. Et le train, le ciné-train, il est devenu pour nous tous un peu mythique. Comme si, malgré la différence d’écartement des rails, il avait échappé à son lieu et à son temps pour s’identifier à tout ce qui avance, à tout ce qui bouge. Ciné-train, train de la Révolution, train de l’Histoire, les signaux contraires ne lui ont pas manqué, ni les aiguillages. Mais l’erreur la plus grande que l’on puisse faire à son sujet, ce serait de croire qu’il s’est arrêté. »

Le film dans la base

Incontournable dans les chemins d’accès :
Autres chemins :
Incontournable dans la période :
Projeté dans les festivals :