Raison du plus fort (La)

Un film de Patric Jean

 2003  France, Belgique  Documentaire  86 mn  Couleur  35 mm, Béta numérique  Mode de production : Cinéma  VF

 Scénario : Patrick Jean  Image : Patrick Jean, Laurent Fénart, Ronnie Ramirez  Son : Rafick Affejee, Alain Champelovier  Montage : Nahtalie Delvoye

 Distribution : Itvan Kébadian, Vincent Dieutre, Jorg Neitzert, Walter Müller, Hubert Geiger

Producteurs :
Lapsus Productions (9 rue Fénelon, 75010 Paris, Tél : 01 42 49 14 76, @ : prod.lapsus@gmail.com)
Centre vidéo de Bruxelles (111 rue de la Poste, B-1030 Bruxelles, Belgique, Tél. 32 2 221 10 50, Fax. 32 2 245 13 45, Mail : info@cvb-videp.be)
Distributeur :
Eurozoom (4 bis rue de l’armée d’orient, 75018 Paris, Tél : 01 42 93 73 55, Fax : 01 42 93 71 99, Mail : eurozoom@eurozoom.fr)

Au lieu de combattre la pauvreté, on combat les pauvres. Suivant l’exemple américain, l’Europe se polarise entre ses quartiers riches et ses banlieues de misère où se généralise la « tolérance zéro ». On construit une prison quand on ferme une usine. Les pauvres en général et les jeunes issus de l’immigration en particulier sont l’objet de toutes les peurs.

La raison du plus fort est un film étonnant et détonnant.

Le film s’ouvre sur d’impeccables travellings parcourant les couloirs d’une usine récemment abandonnée : la voix du réalisateur surgit et s’interroge : « que sommes nous en train de faire ?  » Des usines sont démolies, des prisons sont construites. Quand le travail disparaît, ça surveille et ça punit. Patrick Jean le montre et petit à petit le sentiment que ce film nous regarde se fait de plus en plus palpable. Ce nous est incluant, il ne rejette pas le constat amer d’un certain état du monde sur des forces obscures, bien au contraire. Le « nous » est un miroir. Nous, habitants de démocraties occidentales. Avec délicatesse et détermination le cinéaste nous entraîne alors dans une dérive de Bruxelles à Marseille où il juxtapose au gré des rencontres les marges et les centres de nos villes. Ce sont ces juxtapositions qui donnent son sens au film, ce sont elles qui lui donnent sa valeur historique. Le sens naît du côte à côte, de l’entre deux, de la comparaison et il fait ainsi un travail que seul le cinéma est en mesure de produire. N’étant pas soumis à un évènement précis dont il lui faudrait rendre compte il peut alors accomplir un vrai beau geste cinématographique en nous donnant à voir son propre regard. « Le seul futur des démocraties occidentales aujourd’hui, c’est la menace de leur fin… Et l’on voit bien du reste comment, aux promesses d’un monde meilleur, se sont substituées les exhortations au rassemblement contre toutes sortes de menaces, comment à l’idée de conquêtes démocratiques s’est substituée celle du maintien d’une froide survie… » écrit le philosophe Jean-Paul Curnier. Il me semble bien que c’est de cela dont parle « la raison du plus fort » , c’est rare, lucide et beau. C’est politique et poétique, c’est POÉ-LITIQUE.

Texte de soutien à l’Acid de Charles Castella

Pour découvrir ce film

Lieux de consultation :

Le film dans la base

Incontournable dans le chemin d’accès :
Incontournable dans la période :
Projeté dans les festivals :
Traces de vies (Vic Le comte)