Pêcheurs du monde

Lorient – mars

http://www.pecheursdumonde.org

 1 avenue de la Marne  56100 Lorient  Tél : 02.97.21.15.63  festivalpecheursdumonde@gmail.com

Le Festival est un évènement culturel unique qui offre au public des réalisations inédites ou très récentes sur les peuples des mers du monde, avec des paysages de rêve et de liberté, des épisodes dramatiques mais aussi des moments de joie et d’émerveillement.

Lieu de rencontres et d’échanges, ce festival de film invite à la découverte des images maritimes et à débattre sur les enjeux économiques, sociaux et environnementaux qui touchent les travailleurs de la mer.

 

Chaque édition donne la parole aux pêcheurs du monde entier. Il est l’occasion pour les travailleurs de la mer de présenter leur univers au public, d’exprimer leur passion pour leur métier et de partager leurs craintes et leurs espoirs. Après chaque film, le débat est encouragé. Les échanges se déroulent en présence des réalisateurs, des scientifiques et des professionnels de la pêche. Le public est invité à participer et à s’exprimer sur les films.

Le Festival veut aussi faire découvrir le monde de la pêche aux jeunes générations. La participation active d’un public jeune est encouragée à l’occasion des projections. Les lycéens, les collégiens et les étudiants du pays de Lorient ont leur place sur le site du Festival où leur enthousiasme est toujours enrichissant. L’avenir de la pêche se joue aussi dans la capacité à relever le défi de la transmission.

Films dans la base

Océans, la voix des invisibles

Mathilde Jounot, 2016

Ce documentaire enquête sur la privatisation du milieu maritime.

Hustlers (Les)

Egome Amah, 2013

Ekoué, Leon, Blacky et Zorro vivent à Katanga, le bidonville des pêcheurs du port de Lomé au Togo. Toujours ensemble, ils se font appeler les «  Hustlers  ». À quarante ans passés, tous veulent s’en sortir, en finir avec cette vie faite de petits boulots durs et épuisants, de menus larcins et de moments d’oubli dans l’alcool ou la drogue. Le film raconte leur lutte, le quotidien de ces hommes qui vivent sur un fil, entre survivre et sombrer.

A Mãe e o mar

Gonçalo Tocha, 2013

Le petit port de Vila Cha, dans le Nord du Portugal, a la particularité de connaître une tradition de femmes patrons pêcheurs. Les dernières femmes qui ont pratiqué cette activité se souviennent des difficultés du métier de leur jeunesse. Elles parlent en toute confiance devant la caméra du jeune réalisateur. Sur les 120 bateaux qui animaient la plage, il n’en reste plus que 9 et les femmes se contentent maintenant de la récolte des algues. Malgré les difficultés du métier, elles expriment leur amour de la mer et les derniers pêcheurs témoignent avec lyrisme de leur passion pour la mer qui les nourrit.

Donne un poisson à un homme

Alasttal Iyad, 2013

En Corse, Iyad, jeune palestinien rencontre Michel, un pêcheur, et évoque avec lui son pays, la Palestine et ses misérables pêcheurs, le manque de liberté et de solidarité entre les peuples. Les textes de Mahmoud Darwich résonnent comme un écho pour établir le lien de proximité entre les deux rives.

Sold to the sea

Environmental Justice Foundation, 2013

À travers les paroles de travailleurs birmans, ce film témoigne des graves violations des Droits de l’Homme. Dès l’âge de 16 ans, ils ont été forcés à travailler sur des navires de pêche et soumis à des méthodes souvent violentes, pour un travail non payé. Ce film repose sur un rapport interinstitutionnel de 2009 effectué auprès des Nations Unies sur la traite des personnes (UNIAP). Les groupes financiers, avec leur mainmise sur l’économie, considèrent les produits de la pêche comme un bien de spéculation et certains pêcheurs sont traités comme les esclaves de notre époque. Cet approvisionnement international du poisson manque de traçabilité et de surveillance, ce qui facilite la violation des Droits de l’Homme et le pillage de la ressource.

Punta Abreojos, une communauté exemplaire

Stéphanie Brabant, 2013

Le village de Punta Abreojos avec ses deux épiceries, un garage et une cantine, fait face à la houle du Pacifique. Ces pionniers sont des pêcheurs qui affrontent tous les risques de la mer pour ramener des langoustes et des ormeaux. Leurs produits sont écoulés en Asie où les cours ne cessent de grimper. Leur succès est dû au fait d’avoir créé une coopérative en 1948 qui a obtenu un certificat international de pêche durable. Aujourd’hui les 144 pêcheurs font vivre près de 1000 habitants en harmonie sociale et écologique.

Mélancolie des beaux jours (La)

Hongki Lee, 2013

Woosuk Yun, une septuagénaire pleine de ressource, vit dans un village de pêcheurs de la baie de Suncheon, en Corée du Sud. Dans les décors magnifiques qu’offre cette région du pays au matin calme, nous la suivons au grès des saisons, alors qu’elle s’adonne avec énergie et panache aux travaux des champs, à la pêche et à la vente de poissons.

Orphans of development

Gayan C. Ambegoda, Pradeep Laksiri, 2013

Au Nord de Colombo, la capitale du Sri Lanka, les gigantesques projets touristiques fleurissent autour de la lagune de Kalpitiya. 39 hôtels de luxe, une base d’hydravions, des golfs, des champs de course, un aéroport. Tous ces investissements se font aux dépens des communautés locales de pêcheurs qui n’ont plus accès aux plages ni à la lagune. Ils sont dépossédés de leurs terres par des investisseurs qui jouent sur les incertitudes du cadastre.

Downeast

David Redmond, Ashley Sabin, 2012

Dans un petit port de Nouvelle-Angleterre, la dernière conserverie de sardines des États-Unis ferme. Un investisseur engage ses capitaux personnels pour faire de l’usine une entreprise de décorticage et mareyage de homards. La reprise permet aux anciennes employées de trouver un travail. Une plongée dans le monde du travail aux États-Unis qui permet de voir la toute puissance implacable des banques et de découvrir pourquoi des personnes âgées tiennent tant à conserver un travail.

Canning paradise

Olivier Pollet, 2012

L’essor de l’industrie des pêches thonières se sont traduit par une pression croissante dans les eaux de Papouasie Nouvelle-Guinée. Depuis les années cinquante, la capture mondiale de thon est passée de 400.000 tonnes à 4.000.000 de tonnes. Le coût humain est lourd, affectant maintenant, avec la globalisation, les derniers refuges sur Terre. Dans «  le pays de l’imprévu  », au nord-est de la Papouasie Nouvelle-Guinée, ce film suit la lutte de tribus indigènes pour préserver leur mode de vie ancestral.

Il Limite

Rossella Schillaci, 2012

Quelque part entre Sicile, Libye et Tunisie, la limite du supportable social est-elle franchie sur ces bateaux pourris siciliens  ? Les conditions de travail de pêcheurs tunisiens sur des bateaux italiens sont de plus en plus difficiles. Au même moment et sur la même mer, des bateaux transportent des réfugiés Africains, véritables radeaux de la Méduse… Tous ont en commun l’espoir d’une vie meilleure, mais sont sur le fil, entre la vie et la mort, une autre limite.

Toxic Somalia, l’autre piraterie

Paul Moreira, 2011

Déverser une tonne de déchets toxiques le long des côtes somaliennes ne coûte que 2,50$. C’est la décharge la moins chère du monde, et une source de bénéfices confortables pour les occidentaux. Des centaines de Somaliens tombent malades, empoisonnés par les rebuts des autres. Qui déverse ces déchets  ? Qui en tire profit  ? Ce documentaire ouvre à nouveau l’enquête.

Pirate Fisherman in South Africa

Soren Christensen, 2011

Hahn Goliath est pêcheur dans les eaux froides de la côte ouest d’Afrique du Sud. Les pêcheurs partent sur de petites barques à rames et pêchent les homards à la main. Mais ils ne peuvent plus le faire depuis que le gouvernement a introduit un nouveau système de quotas qui sont réservés en priorité à des entreprises de pêche industrielle. Plus de 9000 petits pêcheurs ont ainsi perdu leurs moyens d’existence et sont considérés comme des pirates s’ils continuent à pêcher. Goliath et d’autres ont décidé de se battre pour obtenir le droit de pêcher.

Murky waters, la crevetticulture au Bangladesh

Swedish Society for Nature Conservation, 2011

Les conséquences écologiques, économiques, sociales entraînées par le développement des fermes d’élevage de crevettes au Bangladesh…