Cités télévision

 6 rue Malherbe  69100 Villeurbanne  Tel. 04 78 68 18 18  Fax. 04 78 03 53 37  cites.television@wanadoo.fr

Films dans la base

Il était une fois en France

Dahmane Bouaziz, 2003

Au début des années 80, de jeunes étudiants maghrébins posent les premiers jalons du Mouvement Beur. Baignée par la mouvance gauchiste, cette Seconde Génération tente de s’émanciper et de sortir du ghetto social et mental dans lequel elle survit depuis longtemps. Ce mouvement a aujourd’hui 20 ans : quel est son héritage ?

Ecole en campagne (L’)

Christian Tran, 2003

Face à la fermeture annoncée, à Sainte-Eulalie, de la dernière école publique du haut plateau ardéchois, des parents se mobilisent pour conserver la liberté du choix de scolarisation de leurs enfants.

Zoos humains

Éric Deroo, Pascal Blanchard, 2002

Les «  zoos humains  », symboles oubliés de l’époque coloniale, ont été totalement refoulés de notre mémoire collective. Ces exhibitions de l’exotique ont pourtant été, en Occident, une étape majeure du passage progressif d’un racisme scientifique à un racisme populaire.

Coopérer pour entreprendre

Jérôme Surroca, 2001

Portraits croisés de salariés entrepreneurs qui ont choisi de développer leur projet au sein de coopératives d’activités.

Grand nettoyage (Le)

Eusebio Serrano, 2000

Le combat d’une petite famille qui tient un pressing familial face à l’arrivée d’un grand groupe de pressing «  discount  ».

Héritiers d’une utopie - Les coopératives aujourd’hui

Vincent Berthet, Jean-François Santoni, 1998

Un film documentaire sur l’histoire et l’actualité des sociétés coopératives.

Étrangers, et nos frères pourtant…

Claude Collin, Denis Cugnod, 1994

Francs-Tireurs et partisans de Main d’Oeuvre Immigrée (F.T.P.-M.O.I.) à Lyon et à Grenoble

Conversation Nord-Sud : Daney/Sanbar

Simone Bitton, Catherine Poitevin, 1993

Pendant la guerre du Golfe, Serge Daney avait écrit que la conversation, selon lui «  un art typiquement franco-arabe  », n’arrivait plus à s’instaurer entre lui et ses amis arabes. Attristées par ce constat, les réalisatrices ont voulu lui offrir un cadre, à la fois réel et cinématographique, dans lequel il pourrait renouer ce dialogue un moment interrompu. Le choix de son interlocuteur s’est imposé d’emblée : Elias Sanbar, Palestinien, historien, directeur de la revue «  Études palestiniennes  ».