Eldorado de plastique (L’)

Un film de Philippe Baqué, Arlette Girardot

 2001  France  Documentaire  52 mn  Couleur  DVCAM  Mode de production : Télévision  VF

Producteurs :
ADL (11 rue de la Gare, 34030 Saint Jean de Védas, @ : adl.per@wanadoo.fr)
Télé création citoyenne (99-103 rue de Sèvres, 75006 Paris, Tél : 01 43 25 04 74, Fax : 01 43 54 57 79, Mail : info@tcc.fr)
Distributeur :
Voir & Agir (119 rue Pierre Sémard, 93000 Bobigny, Tél : 01 42 45 50 87, Port : 06 07 94 46 14, mail : voireagir@wanadoo.fr)
 Éditeur :
Voir & Agir (119 rue Pierre Sémard, 93000 Bobigny, Tél : 01 42 45 50 87, Port : 06 07 94 46 14, mail : voireagir@wanadoo.fr)

En Andalousie, dans la région d’El Ejido, un ancien désert a été recouvert en quelques dizaines d’années par l’une des plus importantes concentrations de cultures sous serres de la planète.

Les légumes produits sont exportés massivement dans toute l’Europe.

À travers le portrait de quatre habitants de cette mer de plastique, le film aborde le revers de ce miracle économique : l’exploitation à outrance d’une main d’œuvre immigrée sans droits et subissant un racisme latent.

Nous sommes au sud de l’Andalousie, sur la côte sud-est de l’Espagne. Le climat est aride. À peu de chose près, le paysage est le même que celui que l’on retrouve sur la côte nord du Maroc. Ici seuls les aloès et les figuiers de barbarie peuvent pousser à profusion. Et son paysage, marqué par une succession de collines et de plaines desséchées, a souvent été utilisé pour les tournages de « western-spaghetti ». La proximité des exploitations avec la plage, en fait la première aubaine de travail pour ceux qui ont réussi à traverser la mer. Sans les travailleurs clandestins, il n’y aurait pas eu de miracle agricole à El Ejido.

Le développement spectaculaire des cultures sous serre, en Andalousie, repose sur la surexploitation d’une communauté immigrée, essentiellement marocaine, à laquelle est contestée la simple revendication de ses droits sociaux. Reléguée à l’extérieur des villes, méprisée en raison même des conditions d’existence indignes qu’on lui fait subir, cette population est également crainte du fait des comportements marginaux provoqués, chez une minorité de ses membres, par sa situation marginalisée.

Dans ce documentaire, il est moins question de ces exactions que du développement de l’économie des serres et de ses conséquences sociales et écologiques.

Arlette Girardot et Philipe Baqué ne sont pas des profanes en matière de documentaire sur l’immigration. Après avoir tourné un film sur l’expérience migratrice au Mali (Carnets d’expulsion), puis avoir suivi des « candidats » à l’émigration trépignant dans l’enclave espagnole de Melilla, résidu de la colonisation espagnole perché au nord-est du Maroc (L’Europe au pied du mur), on les retrouve cette fois dans le sud de l’Espagne, où ils nous font découvrir l’univers de cette « Mer de plastique ».

Pour découvrir ce film

Lieux de consultation :

Le film dans la base

Incontournable dans les chemins d’accès :
Autres chemins :
Projeté dans le festival :

Boite à outil du programmateur :

Actualité :

Au fil du blog :

Autour du 1er mai est membre fondateur de Films en luttes et en mouvements

Parmi les derniers films recensés :

Autour du 1er mai participe également à la Coredem