Double face de la monnaie (La)

Un film de Jérôme Polidor, Vincent Gaillard

 2006  France  Documentaire  54 mn  Couleur  Mode de production : Télévision  VF

 Scénario : Jérôme Polidor, Vincent Gaillard  Musique : Emmanuel Fréard  Image : Vincent Gaillard  Son : Nicolas Teichner  Montage : Jérôme Polidor

Producteurs :
Tina Films (1 allée des Cîteaux, 92130 Issy les Moulineaux, Mail : lamare@no-log.org)
Mare aux canards (La) (25 rue de Meaux, 75019 Paris, Tél : 01 42 45 11 05, Mail : polidor@free.fr)
Distributeurs :
Voir & Agir (119 rue Pierre Sémard, 93000 Bobigny, Tél : 01 42 45 50 87, Port : 06 07 94 46 14, mail : voireagir@wanadoo.fr)
Doriane films (145, rue de Belleville, 75019 Paris, tél : 01 44 74 77 11, fax : 01 44 74 64 93, mail : doriane@dorianefilms.com)
 Éditeurs :
Mare aux canards (La) (25 rue de Meaux, 75019 Paris, Tél : 01 42 45 11 05, Mail : polidor@free.fr)
Les Mutins de Pangée (BP 90 808, 75828 Paris Cedex 17, Tél : 07 60 02 44 88, @ : contact@lesmutins.org)

L’argent est une drogue… Nous devons suivre une cure de désintoxication…

Michael Linton

Sur un ton ludique et pédagogique, La double face de la monnaie nous propose de démystifier l’argent et de reconsidérer notre perception de la richesse. Il donne la parole à des hommes et des femmes qui n’ont pas la visibilité médiatique de leurs homologues libéraux : le philosophe Patrick Viveret, l’économiste belge Bernard Lietaer, le président du Conseil scientifique d’Attac Dominique Plihon, la sociologue argentine Héloïsa Primavera, le canadien Michael Linton, inventeur des systèmes d’échange locaux… Et il interroge les utopies concrètes que sont les monnaies complémentaires et les systèmes d’échange locaux.

L’argent est devenu la valeur centrale de nos sociétés. Comme une drogue, les individus, toujours à sa recherche, craignent d’en manquer. Beaucoup sont prêts à faire n’importe quoi pour s’en procurer. La monnaie n’est pourtant pas naturelle, c’est une création humaine sensée favoriser l’échange et la création de richesse. Économistes, philosophes et sociologues nous expliquent que son émission, sa circulation, sa distribution en font un outil de domination et d’asservissement d’une partie de plus en plus grande de l’humanité, au profit d’un nombre de plus en plus réduit d’individus.

Depuis la fin des années 90, des systèmes d’échanges complémentaires sont mis en place par des citoyens un peu partout dans le monde. Les participants à ces systèmes ont diverses motivations. Si les commerçants bavarois veulent soutenir l’économie de leur région grâce au Chiemgauer, les retraités anglais retrouvent dans la banque du temps le lien social que les mécanismes de la société de marché ont brisé. Pour une chômeuse parisienne, le SEL est un moyen de faire des économies, « parce que lorsqu’on est au chômage, il faut bien se débrouiller ». La monnaie redevient ainsi un outil social, au service de l’homme.

C’est à une réflexion stimulante sur la double face de la monnaie que nous invite le film, qui mêle expériences concrètes, analyses d’économistes et animations.

Pour découvrir ce film

Lieu de consultation :

Le film dans la base

Incontournable dans le chemin d’accès :
Autre chemin :
Projeté dans le festival :

Pour aller plus loin

Dossier Monnaies complémentaires, un outil de la transition économique sur le site socioeco.org, le site ressources de l’économie sociale et solidaire.