Ken Bugul : personne n’en veut

Un film de Silvia Voser

 2013  France, Suisse  Documentaire  62 mn  Couleur  DCP, Blu-Ray, Dvd  Mode de production : Cinéma

 Image : Felix von Muralt  Son : Arès Honvoh, Tom Weber  Montage : Souleymane K. Seck

Producteurs :
Les productions de la Lanterne (A cessé son activité)
Panimage (Weinbergstrasse 52, 8006 Zürich, SUISSE, Tél : +41 43 243 33 00, @ : info(@)panimage.ch)
Waka films (Obfelderstrasse 31, 8910 Affoltern Am Albis, Suisse, tel. 0041-79-62 32 876 | 0033-6 74 35 59 17, fax +41/91/972 23 86)

Ken Bugul est une écrivaine sénégalaise qui vit là où son âme est ancrée, en Afrique. Et sa vie est exceptionnelle. Le film que lui consacre Silvia Voser en fait une existence emblématique de la condition de toutes les femmes et de tous les rapports entre l’Afrique et l’Occident.

Ken Bugul est considérée comme l’un des plus brillants écrivains sénégalais et de la littérature en langue française de ces dernières décennies. Au fil des ans, empreint d’une grande maîtrise de la langue française et d’une intransigeante attention apportée au respect de l’énoncé des signifiés de sa langue originelle, le wolof, ses romans sont devenus de véritables points de référence dans le domaine des études de linguistique. “Ce que vous lisez en français dans mes romans, c’est la façon dont on pense et parle, en wolof, dans mon village”.

L’histoire personnelle de Ken Bugul est assombrie par l’histoire mouvementée de l’Afrique.

Elle naît en 1947 dans un village isolé du Sénégal alors colonie française. Son père a déjà 85 ans et sa mère les quittera quand elle n’aura que cinq ans. Cette expérience est fondamentale pour Ken Bugul. Mal aimée mais pleine d’énergie et de goût pour la liberté, elle fait d’exceptionnelles études pour une fille villageoise, à cette époque. En 1971, elle part en Europe poursuivre des études supérieures, elle y fréquente la haute bourgeoisie, y découvre de nouvelles idéologies et libertés, l’art moderne, la drogue, l’alcool, la solitude, l’incompréhension et le mépris, la prostitution par besoin d’affection. Comme elle écrit dans Le Baobab fou : « Pendant vingt ans je n’avais appris que leurs pensées et leurs émotions. Je pensais m’amuser avec eux, mais en fait j’étais plus frustrée encore : je m’identifiais en eux, ils ne s’identifiaient pas en moi.”

C’est une jeune femme brisée qui rentrera, seule et pauvre, au Sénégal. Considérée comme folle, rejetée par sa famille et la société. Durant deux ans, elle dort dans les rues de Dakar, fréquente les marginaux, les mendiants, les prostituées et les artistes. C’est dans ces conditions, sale, affamée, presque dénudée, qu’elle commence l’ébauche de son premier roman Le Baobab fou. Epuisée, elle rentre dans sa famille. Elle trouvera refuge, écoute et réconfort chez le Sérigne, un homme sage et vénéré. Il la prendra comme 28ème épouse, lui permettant ainsi de se réintégrer dans sa société et la soutiendra dans son désir d’écriture et de liberté.

Il décède en 1981, un an avant la sortie de son premier roman Le Baobab fou. C’est un succès. Ken Bugul est invitée à présenter son livre de par le monde, rencontre un médecin béninois avec lequel elle se marie et s’installe au Bénin. Ils ont une fille Yasmina. Il décède quatre ans plus tard.

Depuis près de trente ans, roman après roman, Ken Bugul compose une peinture de sa vie de femme, de ses amours, des rapports entre son continent et l’occident. « Écrire, dit Ken Bugul, c’est éblouir les sens, et les sens n’ont pas de couleurs ».

Silvia Voser nous introduit avec délicatesse dans ce monde secret et tourmenté, celui d’une artiste dont l’œuvre nous projette vers une compréhension du monde rarement atteinte.

(source : site web du film)

Pour découvrir ce film

Lieu de consultation :
Sur internet :

Le film dans la base

Chemin d’accès :
Projeté dans le festival :