Brûleurs

Un film de Farid Bentoumi

 2011  France  Fiction  15 mn  Couleur  Béta numérique  Mode de production : Cinéma  VOSTF (arabe)

 Scénario : Farid Bentoumi  Image : Lucas Leconte  Son : Julien Roig  Montage : Jean-Christophe Bouzy

Producteur :
Films Velvet (Les) (12 rue du Mont Thabor, 75001 Paris, Tel : 01.71.18.10.81, Mail : Contact@lesfilmsvelvet.com)

Tout est filmé par la caméra qu’Amine, un des protagonistes, loue au début du film.

Amine, jeune oranais qui se prépare à quitter son quartier, sa ville, son pays, veut documenter la traversée qui doit lui permettre, ainsi qu’à ses amis Malik, Lofti, Mohammed et Khalil, de vivre enfin une vie à la hauteur de ses ambitions. La veille du départ, il loue la caméra. Alors que le vendeur lui en explique le fonctionnement, celle-ci commence à enregistrer les bruits, les couleurs, l’ambiance d’Oran. Elle capte l’évidence des rapports humains et la familiarité qui nourrissent la confiance, l’espoir, et qui permettent, paradoxalement, le départ. Amine filme Oran, le quartier, la pizzeria, son amie Leïla, ses amis qui rient en évoquant leur avenir espagnol ou français. Lorsque les papiers d’identité algériens brûlent, c’est comme le présage d’une perte irréversible, que les jeunes gens ne semblent pas percevoir. « Je t’appelle demain d’Espagne » lance-t-on à celui qui a mis à disposition la barque. Demain ! Comme si de rien n’était, comme s’il n’y avait ni mer, ni frontière à traverser. L’histoire finit mal. L’histoire finit vite : une nuit peut-être et déjà le naufrage, la caméra qui filme encore des plans tordus, puis de vagues sons, puis le noir. Plus rien. Une vie a été happée par la mer, et il n’y a pas de continuité.

(source : La Cimade, festival Migrant’scène 2012))

Le film dans la base

Chemin d’accès :
Projeté dans les festivals :
Migrant’scène (Toute la France)

Pour aller plus loin

Film sélectionné lors du festival Migrant’scène 2012, organisé par la Cimade.