Droit à la parole (Le)

Un film de Atelier de recherche cinématographique (ARC)

 1968  France  Documentaire  52 mn  Noir & Blanc  Mode de production : Auto-production  VF

Producteur :
Distributeur :
Productions de la Lanterne (8 avenue de la Porte de Montrouge, 75014 Paris, Tél : 01 45 39 47 39, Fax : 01 45 39 02 96, Mail : info@lalanterne.fr)

À Paris, en mai 1968, l’Université devient le centre de la parole révolutionnaire. Les étudiants tentent d’élaborer, par-delà les clivages, un dialogue inédit avec les ouvriers en grève.

« Le Droit à la parole est construit selon deux directions. La première montre comment, au mois de mai 1968, la mise en question violente de la société capitaliste, sous sa forme gaulliste, allait de pair avec une libération de la parole. Cet affranchissement était explosif et ses contrecoups devaient permettre d’autres mises à feu. La seconde expose la manière dont l’onde de choc, tout entière dirigée vers la classe ouvrière, vint se briser contre les portes des usines fermées par les syndicats et tout spécialement par la CGT. Seuls les combats de Flins permirent quelques espoirs, une lutte commune du dire et du faire. Mais il était bien tard et la Révolution n’eut pas eu lieu. Le Droit à la parole est un film fort habilement fabriqué. À partir d’un matériau assez galvaudé, des figures de style variées y sont utilisées avec compétence, et surtout un montage parallèle adroit qui, ruptures sonores à l’appui, passe puis revient de la violence physique au déferlement poétique, de la rue de la Sorbonne, de l’explosion des OF aux discours de Sauvageot, Cohn-Bendit et Ben-Saïd et, comme pour reprendre haleine, des charges de CRS aux murs doués de parole, avec, en contrepoint, les pianistes de la Cour d’Honneur. À mesure que le récit s’avance, l’équilibre de la fugue se déplace et sa résonance s’amplifie. Les ouvriers entrent en scène et les discussions fiévreuses, en alternance, toujours, avec l’agitation étudiante, prennent, dans la balance esthétique, la place des affrontements policiers. »

Louis Seguin, Positif n° 113, février 1970

Film programmé lors de la 3ème Décade Cinéma et Société 2008 sur les années 68 au cinéma

Pour découvrir ce film

Lieu de consultation :

Le film dans la base

Incontournable dans les chemins d’accès :
Autres chemins :
Incontournable dans la période :