Gsara

http://www.gsara.be

 26 rue du Marteau  B-1210 Bruxelles  Belgique  Tél : 32 2 218 58 85  Fax : 32 2 217 29 02  Mail : info@gsara.be

Films dans la base

Quand le vent est au blé

Marie Devuyst, 2016

Des champs à la boulangerie, ce film raconte les parcours de cinq acteurs du bon pain, guidés par la recherche du goût et le respect de la terre.

Secret de femmes, paroles d’hommes

Marc Dacosse, Eric D’Agostino, 2008

Un point de vue «  masculin  » sur l’excision et sur «  comment en parler  »

Dormants (Les)

Pierre-Yves Vandeweerd, 2008

Les quatre récits qui habitent ce film nous entraînent de la Belgique aux rives du fleuve Sénégal, des Ardennes françaises aux montagnes du Sahara occidental. Ils ont pour point commun de nous guider à la rencontre des dormants. Des hommes et des femmes évoluant entre deux mondes, celui des absents et celui des vivants, entre deux états, celui de l’éveil et celui du sommeil.

Cercle des noyés (Le)

Pierre-Yves Vandeweerd, 2007

Le Cercle des noyés est le nom donné aux détenus politiques noirs en Mauritanie, enfermés à partir de 1987 dans l’ancien fort colonial de Oualata. Ce film donne à découvrir le délicat travail de mémoire livré par l’un de ces anciens détenus qui se souvient de son histoire et de celle de ses compagnons.

On n’en fera pas l’économie

Eric Smeesters, 2007

Qu’est-ce qui garantit que des entreprises de l’économie sociale et solidaire restent au service des gens et de l’environnement et pas seulement de la rétribution du capital ?

Place Belgique

Foued Bellali, 2006

Place Belgique nous parle de la double appartenance. Ni d’ici, ni d’ailleurs, d’un peu des deux à la fois, les enfants d’immigrés se composent une identité qui leur est propre.

Closed district

Pierre-Yves Vandeweerd, 2004

En 1996, Vandeweerd est à Mankien au Sud-Soudan, pour filmer la guerre civile du pays, dans un acte d’engagement. Il découvre vite une réalité complexe, qui dépasse sa vision d’une lutte entre un gouvernement oppresseur et des minorités opprimées. De retour en Belgique, pris d’un sentiment d’impuissance, le réalisateur décide de ne pas montrer ses images. Depuis, Mankien a été massacré, probablement avec la complicité des sociétés pétrolières occidentales. Les personnes filmées sont pour la plupart mortes… Vandeweerd décide finalement d’en faire un film.

Pour vivre, j’ai laissé

Collectif : Güldem Durmaz, Bénédicte Liénard, Valérie Vanhoutvinck, 2004

Septembre 2004, des cinéastes rencontrent un groupe de demandeurs d’asile. Ceux-ci s’emparent de la caméra et filment leur quotidien : des couloirs du foyer à la ville interdite à celui qui n’est encore rien.

Radio schizo

Karin Rondia, 2001

C’est l’histoire de quelques jeunes, atteints de schizophrénie, qui préparent une émission de radio autour de leur maladie