Louise Traon

Louise Traon est née à Paris en 1985. Après des études de Lettres modernes, elle réalise son premier film Peau d’ours, une lecture, un essai documentaire sur l’écrivain Henri Calet où elle fuit le reportage pour prendre le parti d’un cinéma de la sensation en permanente recherche de ses formes. C’est dans cette direction qu’elle réalise plusieurs projets, toujours entre le documentaire et la fiction, ou elle s’attache à enregistrer une réalité à travers la mise en scène d’un regard. Après un séjour au Centre André Malraux de Sarajevo, elle écrit un court métrage intitulé Le jardin de Sarajevo. Avant de le tourner, elle demande au peintre Thoma Vuille, plus connu sous le nom de M. CHAT, ayant lui-même laissé des traces à Sarajevo, de dessiner ces images qu’un scénario ne rend qu’imparfaitement. Elle réalise ensuite un film intime, Les gants blancs, sur le montage du dernier film de Manoel de Oliveira, dans lequel elle mêle au portrait du cinéaste et de sa monteuse une réflexion sur la disparition du ciném de son enfance.

(Dossier de presse du film Les Gants blancs)

Films dans la base

Gants blancs (Les)

Les Gants blancs est un documentaire sur l’apprentissage du cinéma de la réalisatrice, sur ce que le réalisateur Manoel de Oliveira et sa mère qui monte ses films depuis vingt ans m’ont transmis d’année en année, silencieusement.