Eliane de Latour

Avant d’être cinéaste, Eliane de Latour est anthropologue. Elle a travaillé au CNRS sur des recherches concernant les sociétés d’Afrique de l’Ouest et notamment les thèmes de l’esclavage, de la guerre ou encore de l’économie féminine en zone rurale.

C’est en 1983 qu’elle saisit sa première caméra, consacrant Les Temps du Pouvoir à Samna, un « chef de canton ». Sur la même veine documentaire, elle alterne alors des films sur le terrain en France et en Afrique comme Conte et comptes de la cour, portrait de quatre femmes nigériennes recluses dans un harem qui obtient le Prix Georges Sadoul en 1993, ou encore Si bleu si calme, une incursion sensible dans le monde pénitencier qui fut présenté à Locarno en 1996.

Bronx Barbès est sa première fiction.

Films dans la base

Contes et comptes de la cour

Au Niger, les quatre femmes d’un chef traditionnel sont astreintes à la réclusion, au nom d’une interprétation coutumière des textes islamiques. Climat intimiste, confidences, un univers féminin au Niger.