Christophe Gargot

Christophe Gargot est né en avril 1968 à Poitiers. Diplômé du Master Nouveaux Médias de l’Ensci/Les Ateliers (2001) et de l’EPSCI/Groupe ESSEC (1991), il intervient comme consultant sur des projets internationaux notamment dans les domaines des Droits de l’Homme et se consacre également depuis plusieurs années à la production/réalisation de documentaires. En 2001, il entreprend un premier travail d’analyse des archives audiovisuelles du Tribunal Pénal International pour le Rwanda (TPIR), autour d’une question : “ Quelle est la capacité de l’image à témoigner ? ”.

Ce travail le conduit à s’intéresser de très près à la fois aux activités du TPIR ainsi qu’à l’émergence d’une justice transitionnelle au Rwanda, les Gacaca, où il se rend en 2002, et dont il suit l’évolution par la suite.

En 2003, il s’installe à Marseille et réalise un premier documentaire, Hé M’Sieur. En 2005, la rencontre avec le producteur Christophe Gougeon (Atopic) donne naissance au projet d’un documentaire pour interroger, 60 ans après le procès de Nuremberg, la contribution singulière de la justice internationale dans des contextes post-conflictuels au travers de l’exemple rwandais. En mars 2007, le tournage commence. En juillet 2008, le film D’ARUSHA À ARUSHA est terminé.

Films dans la base

D’Arusha à Arusha

Depuis novembre 1994, à Arusha (Tanzanie), le Tribunal Pénal International pour le Rwanda est chargé par les Nations Unies de juger les responsables du génocide rwandais. Comment la justice internationale s’exerce-t-elle au-delà de ses fondements politiques  ? Qu’est-ce que juger à l’aune d’une conscience universelle  ? S’appuyant sur les propres archives du Tribunal Pénal International pour le Rwanda, le film met en scène le fonctionnement d’une diplomatie judiciaire.