Germaine Dulac

Germaine Dulac reçoit une formation musicale. Conquise par les idées féministes, elle devient journaliste à La fronde. En 1914, elle accompagne à Rome son amie Stacia de Napierkowska qui joue dans un film. A son retour, elle n’a qu’un objectif : s’essayer à la mise en scène.

Germaine Dulac tourne son premier film en 1915 : Les soeurs ennemies, est tout de suite remarqué pour sa sensibilité intimiste et pour la qualité de ses images. Dans la foulée, la cinéaste réalise plusieurs longs métrages. Elle fait alors la connaissance de Louis Delluc. Appréciant son style, il lui propose de tourner La fête espagnole (1919) d’après le scénario qu’il a écrit. Le film est très bien accueilli par les critiques parisiens. Germaine Dulac passe désormais pour une cinéaste d’avant-garde, à la recherche d’un " cinéma pur « , jouant de flous, de surimpressions et de toutes sortes de procédés esthétiques. Par la suite, La mort du soleil (1921) et La souriante madame Beudet (1923) affirment ces conceptions " impressionnistes « , à l’origine du cinéma expérimental. En 1927, Germaine Dulac essuie pourtant une véritable déconvenue. En association avec Antonin Artaud, elle tourne La coquille et le clergyman qui déchaîne de véritables tollés. Après cette expérience, elle réalise quelques courts-métrages. A partir de 1933, Germaine Dulac délaisse la mise en scène pour se consacrer aux magazines d’actualités filmées.

Quand elle abandonne la caméra, Germaine Dulac devient directrice adjointe des Actualités Gaumont, poste qu’elle occupe jusqu’à sa mort.

Films dans la base

Cinéma au service de l’histoire (Le)

Montage d’images d’actualité de la période 1905-1935 projetées au cinéma, receueillies par Germaine Dulac.

Filmographie complète

Courts métrages

Réalistaeur

1915 : Les soeurs ennemies

1916 : Géo le mysterieux ou La vraie richesse

1916 : Vénus victrix = Dans l’ouragan de la vie

1918 : Ames de fous

1918 : LeBonheur des autres

1918 : La Jeune fille la plus méritante de France

1919 : La Cigarette (La)

1920 : La Belle dame sans merci

1920 : Malencontre

1921 : La Mort du soleil

1923 : Gossette

1923 : La souriante Madame Beudet

1924 : Ame d’artiste

1924 : Le Diable dans la ville

1925 : Le Réveil

1926 : Antoinette Sabrier

1926 : La Folie des vaillants

1927 : Cinéma au service de l’histoire

1927 : La coquille et le clergyman

1927 : L’invitation au voyage

1928 : Arabesques

1928 : Disque 927

1928 : Germination d’un haricot

1928 : Princesse Mandane

1928 : Thèmes et variations

1934 : Je n’ai plus rien

Scénariste

1918 : Ames de fous

1918 : Le Bonheur des autres

1919 : La Cigarette

Producteur

1927 : La coquille et le clergyman (La) Germaine Dulac

1927 invitation au voyage (L’) Germaine Dulac

Longs métrages

Réalisateur

1919 : La Fête espagnole

1930 : Celles qui s’en font