Dissimulateurs (Les)

Un film de Denis Robert, Pascal Lorent

 2001  France  Documentaire  75 mn  Couleur  Mode de production : Télévision  VF

 Scénario : Pascal Lorent, Denis Robert

Producteur :
The Factory Productions (Coordonnées inconnues ou société qui a cessé son activité)
Distributeur :
Voir & Agir (119 rue Pierre Sémard, 93000 Bobigny, Tél : 01 42 45 50 87, Port : 06 07 94 46 14, mail : voireagir@wanadoo.fr)
 Éditeur :
Contrechamp production (36, rue du Maréchal Foch, 57500 Saint-avold, Tél : 03 87 82 00 81)

Quel rapport entre les plus grands scandales bancaires des années 80 ou 90 ? Les morts suspectes du Vatican ? La libération des otages américains à Téhéran ? Les subventions du Fond Monétaire International détournés par des mafieux russes, ou le trou du Crédit Lyonnais.

Ce rapport, c’est une très discrète société spécialisée dans le transfert international de fonds et de valeurs, basé au coeur de la planète financière, à Luxembourg. Ce lien entre des faits si divers, un homme va le nouer, un homme qui parle de l’intérieur du système, Ernest Backes : il est l’un des concepteurs de la technique du clearing, mise en place pour faciliter les échanges d’argent virtuels. En réalité, une sorte de grande lessiveuse mondiale qui a permis des dissimulations aux fins douteuses sous les dehors les plus honorables.

Depuis 1971, le Luxembourg abrite Clearstream, un organisme destiné à faciliter les transactions internationales entre banques. Mais le secret bancaire dissimule des activités inavouables : Clearstream contribue au blanchiment d’argent sale et au financement de réseaux terroristes.

Cette investigation au cœur d’un système, véritable brûlot qui fut censuré mais provoqua l’ouverture d’une enquête, a été réalisée grâce au concours d’Ernest Backes, un « insider ».

Ce que l’on découvre ? Un système de dissimulation d’opérations bancaires mis en place et utilisé non pas par des mafieux mais par des banquiers, des directeurs financiers, des administrateurs de sociétés implantées partout dans le monde. Ces activités financières peuvent être légales ou criminelles.

Pourquoi les dissimuler ? Par simple souci de confidentialité ou pour blanchir l’argent sale. La fraude pourrait s’évaluer à des centaines de milliards de dollars. Les victimes de ce système sont d’abord les États, les millions d’actionnaires et d’épargnants qu’on tient dans l’ignorance de ces pratiques, mais aussi les contribuables. Le scandale est planétaire.

Son origine est localisable. Une des structures qui couvrent et facilitent ces pratiques possède son siège social et l’essentiel de ses locaux à Luxembourg-ville. L’enquête jette une lumière nouvelle sur des affaires restées longtemps obscures : la faillite de la BCCI, le scandale de la banque Ambriosiano, le Crédit Lyonnais, les détournements de la banque russe Menatep.

Car, même invisible, l’argent laisse des traces. Sur des microfiches. Ce sont ces documents que Denis Robert, Pascal Lorent et Ernest Backes ont su trouver, analyser, filmer. Avec eux, on pénètre dans les coulisses secrètes de la haute finance. On comprend mieux comment les plus riches de la planète volent l’argent des plus pauvres.

Les Dissimulateurs constituent un document unique pour la compréhension de la fraude financière planétaire.

Pour avoir dénoncé la criminalité en col blanc, avec l’aide d’Ernest Backes, ancien dirigeant de la chambre de compensation Clearstream, une très discrète société spécialisée dans le transfert international de fonds et de valeurs, basé au coeur de la planète financière, à Luxembourg, Denis Robert n’a cessé d’être harcelé par la justice. En le poursuivant à nouveau aujourd’hui, les autorités luxembourgeoises ne veulent pas seulement protéger Clearstream qui affiche une santé insolente. Ils cherchent à intimider tous ceux qui, à l’avenir, voudront savoir comment fonctionne le système financier et la toile d’araignée des paradis fiscaux.

Pour découvrir ce film

Lieu de consultation :

Le film dans la base

Incontournable dans le chemin d’accès :
Autre chemin :