Lawrence d’Arabie (Lawrence of Arabia)

Un film de David Lean

 1963  Angleterre  Fiction  206 min  Couleur  Mode de production : Cinéma

 Adapté de : « Les Sept Piliers de la sagesse » de T.E. Lawrence  Scénario : Robert Bolt, Michael Wilson  Musique : Maurice Jarre  Image : Freddie Young  Son : John Cox  Montage : Anne V. Coates

 Distribution : Peter O’Toole, Alec Guinness, Anthony Quinn, Jack Hawkins, Omar Sharif, José Ferrer, Anthony Quayle, Claude Rains, Arthur Kennedy, Donald Wolfit

Distributeur institutionnel :
ADAV (41 rue des Envierges, 75020 Paris, Tél : 01 43 49 10 02, Fax : 01 43 49 25 70, @ : contact@adav-assoc.com)
 Éditeur :
Arte vidéo (ARTE France Développement - Service commercial, 8, rue Marceau, 92785 Issy les Moulineaux cedex 9)

1916. La Première Guerre Mondiale fait rage en Europe. En Arabie, les Anglais affrontent les Turcs qui persécutent les tribus arabes. Le lieutenant Lawrence, admirateur fanatique de la culture arabe, est envoyé auprès du prince Fayçal pour apprécier la situation.

Lawrence s’adapte très vite aux coutumes des bédouins. Son enthousiasme communicatif et sa volonté lui permettent, à la tête de méharis, de conquérir une position turque réputée inexpugnable, le port d’Aqaba sur la Mer Rouge.

Voyant l’ascendant exceptionnel qu’il exerce sur les bédoins, l’état-major britannique le détache en permanence auprès des Arabes. Mais Lawrence, mégalomane, rêve de rendre l’Arabie à ses habitants.

La guerre touche à sa fin. Lawrence, à la tête de ses « troupes », conquiert Damas et tente de mettre sur pied le Conseil de l’Unité Arabe. Mais la rivalité des tribus détruit son rêve. Dans le bureau du général Allenby, le prince Fayçal est venu discuter les conditions de partage des territoires conquis. Tandis que Lawrence, promu colonel, rentre au pays. Sur la piste, la voiture qui le conduit au port croise les bédouins ; mais personne ne semble le reconnaître.

 

NB : Il a fallu plus de deux ans de travail de détective et d’archéologue au producteur Robert A. Harris, à qui l’on doit la restauration du « Napoléon » d’Abel Gance pour reconstituer la première version 70 mm intégrale de « Lawrence d’Arabie ».

Pour découvrir ce film

Sur internet :

Le film dans la base

Incontournable dans les chemins d’accès :
Incontournable dans la période :
Projeté dans le festival :