Affaire Clearstream… racontée à un ouvrier de chez Daewoo (L’)

Un film de Denis Robert, Pascal Lorent

 2003  France  Documentaire  70 mn  Couleur  Mode de production : Télévision  VF

 Scénario : Denis Robert, Pascal Lorent  Image : Pascal Lorent  Montage : François Festor

Producteur :
The Factory Productions (Coordonnées inconnues ou société qui a cessé son activité)
Distributeur :
The factory Productions (38, rue des Martyrs, 75009 Paris, Tel. 01 55 31 27 23 / 01 55 31 27 20, Fax. 01 55 31 27 22, Mail. thefactory@noos.fr)
 Éditeur :
Bac films (88 rue de la Folie Méricourt, 75011 Paris, téléphone : 01 53 53 52 52, fax : 01 53 53 52 51)

« Dans L’affaire Clearstream (racontée à un ouvrier de chez Daewoo), le journaliste-écrivain Denis Robert livre une version approfondie et audiovisuelle de son enquête sur les inquiétantes dérives de la finance internationale. Où comment le néo-libéralisme va tous nous mettre sur la paille…

Dans leur film « Les Dissimulateurs », diffusé en 2001, Denis Robert et Pascal Laurent dévoilaient l’existence de Clearstream, une multinationale implantée à Luxembourg, chargée de transférer des fonds et des valeurs sur toute la planète. Leur enquête mettait en lumière le fonctionnement de cette société de compensation en révélant derrière cette façade légale l’existence de comptes secrets et la dissimulation de transactions douteuses.

Extraits de la note d’intention pour Canal+ de Denis Robert et Pascal Lorent du 9 mars 2002 :

Notre seul souci reste d’informer le plus grand nombre. D’où l’idée d’adresser ce film à un ouvrier de chez Daewoo, victime hypothétique du système…

En gros, « les gens » ont le sentiment que ces histoires, évoquant les paradis fiscaux, le trafic de drogue, ou les « mafias » sont lointaines et ne les concernent pas directement.

Le film a l’ambition de montrer (« aux gens », et parmi ces gens à un ouvrier de chez Daewoo) qu’ils se trompent… Ces « affaires » ont une influence sur l’économie de leur pays. Nous avons essayé de définir où, comment, et pourquoi. Nous avons voulu démontrer cela méthodiquement, presque scientifiquement.

Nous avons, incrédules, assisté à la mise en faillite d’un pays (l’Argentine), et au plus grand scandale financier des cinquante dernières années (l’affaire Enron). Dans les deux cas, Clearstream et ses actionnaires ne sont pas très loin. Nous expliquons en quoi. Notre projet ne chutera pas sur un seul constat d’échec, ou sur la révélation d’un scandale de plus.

Un des messages du film est : « Nous avons trop laissé le soin aux banquiers de se contrôler eux-mêmes. Nous verrons que des solutions existent. L’une de ces solutions consisterait à contrôler beaucoup mieux ces chambres de compensation, et ainsi les transactions financières internationales, et à s’en servir aussi comme d’outils de prévention… »

Pour découvrir ce film

Lieux de consultation :
Sur internet :

Le film dans la base

Incontournable dans le chemin d’accès :
Incontournable dans la période :