Pravda

Un film de Jean-Luc Godard, Jean-Henry Roger, Groupe Dziga Vertov

 1969  Tchécoslovaquie  Documentaire  60 mn  Couleur  16 mm  Mode de production : Cinéma

 Scénario : Jean-Luc Godard, Paul Burron, Jean-Henri Roger  Montage : Jean-Luc Godard, Paul Burron, Jean-Henri Roger

 Distribution : Vera Chytilova

Avec Dziga Vertov, un groupe de militants maoïstes, Jean-Luc Godard a tourné une petite dizaine de films entre 1968 et 1972. Juste après l’écrasement du Printemps de Prague, Godard vient avec son équipe filmer clandestinement une Tchécoslovaquie occupée par les troupes du Pacte de Varsovie. Pravda, c’est ce mot tchèque qui signifie Vérité que Godard a choisi comme titre pour ce documentaire militant.

Une heure d’images saccadées tournées en 16mm, avec des commentaires lus par la voix monocorde caractéristique de Jean-Luc Godard, entrecoupée par quelques bribes d’entretiens et par une voix féminine qui semble être celle de la traductrice. Si quelques passages sont empruntés à Mao, pour le texte lu en voix-off, Godard s’est beaucoup inspiré de Bertholt Brecht et de son livre Me-Ti pour inventer un dialogue imaginaire entre Vladimir et Rosa, censés représenter V. Illitch Oulianov Lénine et Rosa Luxembourg.

« Ce film est mystérieux, il y a une légende qui dit que Godard n’a jamais voulu présenter ce film ni en Tchécoslovaquie ni dans aucun pays de l’Est, parce qu’il avait honte des idées politiques exprimées dans ce film. Il mélange tout, qu’il est plus ou moins d’accord avec l’invasion des armées du Pacte de Varsovie, et qu’il ne comprend rien à la situation de la Tchécoslovaquie de l’époque, qu’il est à côté de la plaque en fait… Quelques temps après la sortie de Pravda cependant, ce film qualifié à l’époque de « spontanéiste dogmatique » était déjà considéré par Jean-Luc Godard de « déchet marxiste-léniniste »… »

David Cenek critique de cinéma et participe à l’organisation de nombreux festivals en République tchèque

Le film dans la base

Incontournable dans le chemin d’accès :
Période :