Razzia

Un film de Nabil Ayouch

 2018  Fiction  Prise de vue réelle  119 min  Couleur  Mode de production : Cinéma  VOSTF (arabe)

 Scénario : Nabil Ayouch, Maryam Touzani  Musique originale : Caroline Chaspoul & Eduardo Henriquez, Guillaume Poncelet  Image : Virginie Surdej  Son : Zacharie Naciri  Montage : Sophie Reine

 Participants : Maryam Touzani,, Arieh Worthalter,, Abdelilah Rachid,, Amine Ennaji,, Dounia Binebine

Producteurs :
Unité de production (92 Rue de Montreuil, 75011 Paris, Tél : 01 48 06 26 86, @ : info@unitedeproduction.com)
Les Films du nouveau monde (23 Rue Fourcroy, 75017 Paris)
Artémis Productions (19 rue Général Gratry, 1030 Bruxelles, BELGIQUE, @ : info@artemisproductions.com)
Ali n’ Productions (37, rue Assanaani, Résidence Ouchtar 8 – Bourgogne, Casablanca 20050, MAROC, Tél : 212 (0) 5 22 49 28 28, Fax : 212 (0) 5 22 26 76 30, @ : zaoua@alinprod.com)
Distributeur :
Ad Vitam (71, rue de la Fontaine au Roi, 75011 PARIS, Tél : + 33 1 46 34 75 74, Fax : + 33 1 46 34 75 09, @ : contact@advitamdistribution.com)

Un maître dans le Haut Atlas, une femme berbère délaissée, son fils devenu serveur à Casablanca et ami du patron juif, un garçon des beaux quartiers qui nait à son homosexualité… Le scandaleux réalisateur des Chevaux de Dieu et de Much Loved (toujours interdit au Maroc), propose avec ce nouveau film une fresque à la dimension épique qui entremêle cinq destins depuis les années 80 jusqu’à nos jours.

Co-écrit avec la journaliste et scénariste Maryam Touzani, qui joue aussi le premier rôle, le film exprime une soif de liberté qui couve derrière l’apparence d’une sage monarchie : « Le film parle de gens en quête de liberté, de droit d’exprimer leurs pensées et de parler des questions qui leur importent. En particulier, le droit des femmes à atteindre cet objectif, car je pense que cela devient de plus en plus difficile pour les femmes d’être libres dans le Maroc moderne… »

Extraits de la note de soutien de la Ligue des droits de l’Homme

« Avec Razzia, en entrecroisant par un montage alterné les vies de ses différents personnages, Nabil Ayouch construit une narration sans faille et aborde frontalement ou plus allusivement plusieurs des maux qui taraudent la société marocaine : la répression de la liberté des femmes dans l’espace public, l’interdiction de l’avortement, la persécution de l’homosexualité, masculine et féminine, l’antisémitisme. A travers des personnages complexes, incarnant le courage de la résistance, il montre l’émergence de l’individu dans une société communautaire.

On peut regretter l’explosion de violence qui se déchaîne à la fin du film, lors d’une fête chez des jeunes gens de la haute bourgeoisie. Elle témoigne d’une tension sociale exacerbée mais fait verser le film dans un autre registre. La richesse et la complexité du scénario, la rigueur de la construction, la beauté des images – notamment les plans à couper le souffle tournés dans les montagnes de l’Atlas – font néanmoins de ce film un puissant hymne à la liberté qui dépasse largement le contexte du Maroc. »

Pour découvrir ce film

À télécharger :
Dossier de presse (PDF - 7,8 Mio)
Vidéo à voir en ligne :

Vous souhaitez organiser une projection non commerciale du film ?

Découvrir les catalogues d’organismes de diffusion spécialisés sur le site d’Autour du 1er mai

Le film dans la Base cinéma & société

Chemins d’accès :

Pour aller plus loin

La Ligue des droits de l’Homme soutient le film : lire la note de soutien