Ghiro Ghiro tondo

Un film de Yervant Gianikian, Angela Ricci Lucchi

 2007  Italie  Documentaire  61 min  Couleur  Hi8  Mode de production : Auto-production  MU

 Image : Angela Ricci-Lucchi, Yervant Gianikian  Son : Angela Ricci-Lucchi, Yervant Gianikian  Montage : Angela Ricci-Lucchi, Yervant Gianikian

Producteur :
Ricci-Lucchi (Angela) , Gianikian (Yervant) (Milan - Italie, Tel +39 328 289 63 03, Email gkianrlucc@libero.it)
Distributeur :
Ricci-Lucchi (Angela) , Gianikian (Yervant) (Milan - Italie, Tel +39 328 289 63 03, Email gkianrlucc@libero.it)

Avec Ghiro Ghiro Tondo, Yervant Gianikian et Angela Ricci Lucchi (Atelier VdR 2000) donnent une clé de choix pour leur travail. Dans ce dernier film, les réalisateurs de Prigioneri della guerra, Su tutte le vette è pace et Oh! Uomo explorent, sur le mode du catalogue, une collection de jouets d’enfants découverte au début des années 70 qui couvre près d’un demi-siècle: de la fin de la Première Guerre mondiale aux années 50. Alors que crépite le bruit sec de la caméra vidéo et que résonne le souffle du cinéaste, défilent, délicatement maniés, carrousels, marionnettes, jeux de construction, ustensiles de cuisine, poupées désarticulées, soldats de plomb, jeux de guerre, personnages de la crèche… et ce, dans les matériaux les plus divers! Bois, fer, plastique, étoffe, celluloïd, cire, recouverts des couleurs les plus tendres ou les plus criardes. Hypnotique farandole! Mais quel lien avec l’oeuvre «des» Gianikian, qui s’attachent depuis plus de vingt ans à réécrire, par le remontage d’archives documentaires ou privées, l’histoire du XXe siècle, dénonçant les idéologies fascistes et bellicistes toujours prêtes à renaître! De nouveau l’emprise de schèmes réducteurs, qu’ils soient sociaux, politiques ou religieux, au travers des jeux les plus «innocents». Mais aussi ce «ça a été», cher à Roland Barthes, qui nous rappelle que d’autres mains ont usé de ces jeux, mains aujourd’hui disparues, brisées ou instrumentalisées par la folie des hommes. Soit, un véritable requiem.

Le film dans la base

Chemin d’accès :