Nayra

http://www.nayra.fr

 21 rue de Courtrai  59000 Lille  Tel: 06 37 48 16 02  @ : nayra.production@gmail.co

« Nayra » signifie en langue Aymara « la vision étendue, voir au-delà de la réalité apparente ». L’association a adopté ce nom afin d’afficher son ambition d’explorer la société avec un regard décalé, en utilisant la recherche artistique comme un moyen de découvrir des sens nouveaux à ce qui nous semble familier.

Grâce à ses activités de réalisations collectives, de production documentaire et de diffusion ayant une démarche d’auteur ou un caractère social affirmé, nous souhaitons contribuer à la démonstration qu’il existe une multitude de manières de voir et d’envisager le monde.

Nayra nous a semblé refléter de belle manière nos ambitions : se servir du langage cinématographique et de l’outil vidéo pour confronter les points de vue, montrer et démonter les certitudes et apporter un regard différent sur la complexité du monde.

La création audiovisuelle est un moyen d’expression artistique, culturelle et politique. L’image est toujours une interprétation du réel, livrant du monde la vision subjectivée et partageable de son auteur. Il convient donc d’en comprendre les codes et de se l’approprier, en faire un langage et une matière à agencer, à sculpter et à rendre expressive.

L’activité principale de l’association consiste à la production d’œuvres audiovisuelles sous différents genres :

  • Films documentaires

  • Création et animation d’ateliers

  • Films de fictions

  • Captation vidéo d’évènements culturels (concerts, danse, théâtre)

  • Films promotionnels

(source : Nayra)

Films dans la base

Blanche là-bas, noire ici

Diane Dègles, 2013

Blanche Là-bas, Noire Ici nous dit l’obstination de l’Histoire à se répéter. Dans la violence du colon sur le colonisé, dans la violence faite aux femmes jusque dans leurs corps, dans la violence des silences familiaux, l’Histoire et les histoires couvrent les êtres de silence et les condamnent à l’errance. Entre Madagascar et la Normandie, de 1895 à nos jours, il est de ces films qui soulèvent le voile de la honte par la parole entre femmes, pour qu’une mémoire collective soit enfin possible.