Zeugma films

http://www.zeugmafilms.fr/

 7 rue Ganneron  75018 Paris  01 43 87 00 54  distribution(@)zeugma-films.fr

Films dans la base

Contre-pouvoirs

Malek Bensmail, 2016

Après vingt années d’existence et de combats pour la presse indépendante algérienne, Malek Bensmaïl pose sa caméra au sein de la rédaction du célèbre quotidien El Watan, nécessaire contre-pouvoir à une démocratie vacillante, à l’heure où Bouteflika s’apprête à briguer un quatrième mandat.

No home movie

Chantal Akerman, 2015

Ce film est avant tout un film sur la mère de la réalisatrice. Sur cette femme arrivée en Belgique en 1938 fuyant la Pologne, les pogroms et les exactions. Cette femme qu’on ne voit que dans son appartement. Un appartement à Bruxelles. Un film sur le monde qui bouge et qu’elle ne voit pas.

Qui a tué Ali Ziri ?

Luc Decaster, 2015

Ali Ziri, un homme de 69 ans, décède le 11 juin 2009 après son interpellation par la police nationale. «  Arrêt cardiaque d’un homme au cœur fragile  », déclare le Procureur de Pontoise. Appuyant la famille qui vit en Algérie, un collectif d’Argenteuillais demande une contre-expertise. Deux mois plus tard l’institut médico-légal révèle vingt-sept hématomes sur le corps d’Ali Ziri. Pendant cinq années, le cinéaste a suivi les pas de ceux qui demandent «  Justice et vérité  » après cette mort.

Zona franca

Georgi Lazarevski, 2014

Zona Franca est une vaste étendue de centres commerciaux désuets au cœur de la province chilienne du détroit de Magellan. Ce territoire porte partout les cicatrices des bouleversements qui transformèrent le dernier espace sauvage de l’Amérique originelle en une vitrine de la société marchande. Un chercheur d’or qui n’a jamais trouvé l’amour, un routier doutant de son combat syndical, un jeune vigile en mal de reconnaissance et quelques autres s’y accrochent encore. Antihéros modernes, ils sont confrontés aux touristes, ambassadeurs d’un monde confiné dans un dépliant de papier glacé…

Sud Eau Nord Déplacer

Antoine Boutet, 2014

Le Nan Shui Bei Diao – «  Sud Eau Nord Déplacer  » – est le plus gros projet de transfert d’eau au monde, entre le sud et le nord de la Chine. Sur les traces de ce chantier national, le film dresse la cartographie mouvementée d’un territoire d’ingénieur où le ciment bat les plaines, les fleuves quittent leur lit, les déserts deviennent forêts, où, peu à peu, des voix s’élèvent, réclamant justice et droit à la parole. Tandis que la matière se décompose et que les individus s’alarment, un paysage de science-fiction, contre nature, se recompose.

Souvenirs d’un futur radieux

José Vieira, 2014

Ce documentaire est l’histoire croisée de deux bidonvilles qui se sont construits, à 40 ans d’intervalle, sur un même territoire, hors la ville.

Hautes terres

Marie-Pierre Brêtas, 2014

Dans le Nordeste du Brésil, plusieurs paysans sans terre fondent une communauté avec la seule force de leurs bras et de leurs espoirs… Mais sur ce territoire hanté par la sécheresse, la gestion collective des terres et de leurs maigres ressources s’avère être une aventure difficile. Le film s’arrime à ce mouvement. Il va le regarder prendre corps, tisser des liens et construire dans l’épreuve d’une réalité désolée, une société rêvée dans une utopie.

Quand Sisyphe se révolte. Albert Camus aujourd’hui

Abraham Ségal, 2013

Quand Sisyphe se révolte est une investigation documentaire, tournée en Algérie, en France et en Grèce. Elle va du mythe grec de Sisyphe revu par Albert Camus et ses résonances actuelles à l’appel de Camus pour une juste révolte, qui exclut le meurtre.

Pour Ulysse

Giovanni Cioni, 2013

Le réalisateur invente un film avec des ex-toxicomanes, des gens sortis de prison, des sans abris, des personnes avec des problèmes psychiatriques… pensionnaires d’un centre de socialisation.

On a grèvé

Denis Gheerbrant, 2013

Documentaire sur la grève des femmes de chambre d’un hôtel Sofitel, qui correspond, pour beaucoup d’entre elles, à leur première grève. La rencontre entre leur force de vie et une stratégie syndicale pertinente va leur permettre de gagner, pour la première fois, un vrai statut de travailleuses.

État commun, conversation potentielle

Eyal Sivan, 2012

Vingt ans après les accords d’Oslo, la «  solution des deux États  » en Palestine-Israël est dans l’impasse. Le concept révolutionnaire d’État commun est d’abandonner la notion de partition du territoire pour embrasser celle du partage. Par le truchement du montage et de la division de l’écran en deux parties égales, Eyal Sivan provoque une rencontre entre Arabes palestiniens et Juifs israéliens. Vingt entretiens parallèles sur le thème d’un État commun avec des responsables politiques et des colons, des juristes et des artistes, des vieux et des jeunes, des juifs israéliens séfarades et ashkénazes, des Arabes palestiniens d’Israël et des territoires occupés…

Plaine de Sodome (La)

Yaël Perlman, 2012

À moins 398m sous le niveau de la mer, frontière Israëlo-jordanienne, Neot Hakikar est un village agricole coupé du monde dans la plaine désertique de Sodome. Dans ce microcosme, se croisent le mythe ancien de Sodome, la désillusion du rêve sioniste, et le travailleur venu de l’étranger.

Yamo

Rami Nihawi, 2011

Après dix ans d’absence, le cinéaste revient auprès de sa famille au Liban. Son père est parti mais il y retrouve ses frères, sa sœur et sa mère. Il filme surtout Nawal, sa mère, une femme qui a vécu tous les événements terribles ayant touché le pays. À travers son histoire, le cinéaste cherche à retrouver son identité.

Libraire de Belfast (Le)

Alessandra Celesia, 2011

Ce film dresse des portraits originaux, à Belfast, ville meurtrie par trois décennies de «  troubles  » inter-communautaires. Au cœur de ces portraits, celui de John Clancy, libraire sans librairie…

Bruxelles - Kigali

Marie-France Collard, 2011

À Bruxelles, comme à Kigali, des rescapés du génocide des Tutsis et des massacres des Hutus modérés croisent régulièrement des suspects présumés. À la lumière d’affaires judiciaires en cours, nous suivrons le parcours de rescapés dans leur demande justice.

On est là !

Luc Decaster, 2011

Clean Multiservices est une société de nettoyage ordinaire. Pour les clients tout semble propre effectivement, jusqu’au jour où des employés en ont assez d’être traités comme le papier avec lequel ils font briller les toilettes. Des papiers, eux, ils n’en n’ont pas. Ils décident d’occuper l’entreprise.

Territoire perdu

Pierre-Yves Vandeweerd, 2010

A partir de récits de fuite et d’exil, d’interminables attentes, de vies arrêtées et persécutées, venus des deux côtés du mur du Sahara, ce film témoigne sur le peuple sahraoui, sur son territoire, sur son enfermement dans les rêves des uns et des autres.

89, avenue de Flandre

Allessanda Celesia, 2008

Accrochés à leur immeuble depus sa construction dans les années 1970, les plus anciens habitants d’une tour parisienne se sont laissé filmer, entre solitude et sentiment d’appartenance à une drôle de communauté.

Alix au pays des gènes

Valérie Guérard-Okinawa, 2007

Personnage de dessin animé, Alix montre le processus de fabrication des céréales transgéniques, ses avantages et ses risques. On y apprend la sélection par marqueurs, les limites de l’hybridation, les inconvénients de la culture hors-sol. Les arguments de part et d’autre sont clairement exposés. Le débat peut s’ouvrir.

Cercle des noyés (Le)

Pierre-Yves Vandeweerd, 2007

Le Cercle des noyés est le nom donné aux détenus politiques noirs en Mauritanie, enfermés à partir de 1987 dans l’ancien fort colonial de Oualata. Ce film donne à découvrir le délicat travail de mémoire livré par l’un de ces anciens détenus qui se souvient de son histoire et de celle de ses compagnons.

Closed district

Pierre-Yves Vandeweerd, 2004

En 1996, Vandeweerd est à Mankien au Sud-Soudan, pour filmer la guerre civile du pays, dans un acte d’engagement. Il découvre vite une réalité complexe, qui dépasse sa vision d’une lutte entre un gouvernement oppresseur et des minorités opprimées. De retour en Belgique, pris d’un sentiment d’impuissance, le réalisateur décide de ne pas montrer ses images. Depuis, Mankien a été massacré, probablement avec la complicité des sociétés pétrolières occidentales. Les personnes filmées sont pour la plupart mortes… Vandeweerd décide finalement d’en faire un film.