Étranges étrangers, par Manée Teyssandier, Peuple et Culture

Cette année, la Décade Cinéma et Société s’intitule Étranges étrangers, titre repris du poème de Jacques Prévert. Une trentaine de films - fictions, documentaires, animation, courts ou longs - à partager pour…

… Aller au-delà des postures bien pensantes de dénonciation et d’indignation et tenter d’avancer dans la construction collective d’une pensée, de positions et d’actions… à partir de films et avec l’aide de chercheurs pour articuler les projections avec des approches diverses : historiques, philosophiques, anthropologiques, politiques, psychologiques…

… Interroger les figures de l’ « étranger », l’ « immigré », du « migrant » pour dépasser les préjugés et les stéréotypes (en premier lieu les nôtres), les fantasmes, les mensonges et nous approcher des réalités.

… Questionner les ressorts et les fonctions du racisme (qu’il émane de groupes sociaux et politiques ou de l’état), les mythes de la République, les effets encore à l’œuvre de la colonisation, les discours unificateurs et assimilationnistes.

… Débusquer les mots et expressions piégés qui s’installent à notre insu, dans le langage courant : « français d’origine étrangère », « immigré de la 3ème, 4ème génération », « intégration », « diversité »…

… Dévoiler les amalgames et les glissements (ex : migrant/ immigré/ arriéré/ islamiste/ terroriste).

… Inventer ensemble, réalisateurs, chercheurs, spectateurs, citoyens, d’autres regards sur les migrants.

Manée Teyssandier, Peuple et Culture Corrèze