Chant du styrène (Le)

Un film de Alain Resnais

 1957  France  Documentaire  Prise de vue réelle  14 mn  Couleur  Mode de production : Cinéma  VF

 Scénario : Raymond Queneau, Alain Resnais  Musique originale : Pierre Barbaud, Georges Delerue  Image : Sacha Vierny  Montage : Claudine Merlin, Alain Resnais

 Distribution artistique : Pierre Dux (voix-off)

Producteur :
Les Films de la pléiade (3, rue Hautefeuille, 75006 Paris, Tel: 01 40 46 97 98, Fax: 01 40 46 89 88, mail : filmsdujeudi@filmsdujeudi.com)

Sur commande des usines Péchiney (groupe industriel français), Alain Resnais réalise une enquête poétique sur les origines du plastique. De l’objet fini à la matière première, en passant par les étapes de la fabrication, Le Chant du styrène défait malicieusement le mythe industriel en mettant en images le poème éponyme de Raymond Queneau en alexandrins.

Le fabricant de polystyrène avait commandé et financé ce film qui se comprend – au premier degré – comme une œuvre à la gloire de ce “noble matériau entièrement créé par l’homme”. Pourtant, le titre du court métrage à lui tout seul semble cacher une critique rédhibitoire : Circé dit à Ulysse “Faites attention, vous allez rencontrer des sirènes. Elles tenteront de vous attirer. Vous ne devez pas écouter leur chant ou vous vous échouerez contre les rochers.”

L’avis de Tënk

« Ce film reste un chef-d’œuvre, le modèle absolu, le maître étalon du film commandité, le meilleur documentaire de propagande jamais réalisé. Cette incroyable ode au plastique drôle, intelligente, à l’esthétique parfaite est si bien menée qu’elle finit aujourd’hui par permettre de raconter le contraire de ce pour quoi elle a été produite. Chacun peut utiliser ce film (dont le “commentaire” est signé par Raymond Queneau) pour tenir un discours pédagogique écolo qui militerait pour l’arrêt de l’emploi de cette matière infâme. La sincérité de l’artiste permet cette incroyable démonstration du pouvoir d’un cinéaste de dire, à distance, une chose et son contraire. Tout le film s’organise à travers la description – en commençant par la fin – de la naissance du plastique. Même les images – le plastique pousse sous nos yeux – proviennent d’un trucage au tournage qui permet d’inverser la fonte de la matière filmée… La publicité pour cette matière plastique, substance venue du pétrole, représente à elle seule le chic absolu des trente glorieuses qui nous laissent aujourd’hui une monstrueuse dette écologique et qui nous mènent, depuis, tout droit à la sixième extinction. » - Pierre Oscar Lévy (réalisateur)

Pour découvrir ce film

Vidéo à voir en ligne :
Plateforme Tënk :

Le film dans la Base cinéma & société

Chemins d’accès :