Arthur Rambo

Un film de Laurent Cantet

 2021  France  Fiction  Prise de vue réelle  87 min  Couleur  Mode de production : Cinéma  VF

 Adapté de : Mehdi Meklat  Scénario : Fanny Burdino, Laurent Cantet, Samuel Doux  Musique originale : Chloé Thévenin  Image : Pierre Milon  Son : Pascal Chauvin, Didier Lesage, Fred Mays  Montage : Mathilde Muyard

 Distribution artistique : R. Naït Oufella, S. Khammes, A. Reinartz

Producteurs :
Les Films de Pierre (9 Cité de Trévise, 75009 Paris, Tél : 01 48 00 95 01, @ : info@lesfilmsdepierre.com)
France 2 (7 esplanade Henri de France, 75015 Paris, téléphone : 01 56 22 42 42)
Memento Films Production (53 rue du Faubourg Saint-Antoine, 75011 Paris, Standard : +33(0)1 43 43 93 20 / Fax: +33(0)1 43 43 64 34)
Distributeur :
Memento (6 Cité Paradis, F-75010 Paris, Tel. + 33 1 53 34 90 20, Fax. +33 1 42 47 11 24, distribution@memento-films.com)

Pour la sortie de son roman Le Débarquement, qui offre un regard nouveau sur les banlieues, l’immigration et l’intégration, Karim D. est fêté dans les médias, au sein des cercles littéraires parisiens. Son ascension vers la célébrité est brutalement brisée par des centaines de tweets racistes, antisémites, homophobes, misogynes, postés les années précédentes sur les réseaux sociaux, par un certain Arthur Rambo, qui n’est autre que Karim D. lui-même. C’est la stupeur ! Pourquoi as-tu écrit des propos aussi abjects ? lui demandent son éditrice, ses amis parisiens, ses proches de banlieue, sa mère, son frère. L’attachant Karim D. devient l’antipathique Arthur Rambo.

Inspiré de l’histoire du chroniqueur radio Mehdi Meklat, le film nous fait vivre, en l’espace de 48 heures, la descente brutale de cet auteur à succès, qui va apprendre à ses dépens le pouvoir des mots. Quelles traces restent de la colère, de la provocation, de la violence dans les tweets ? L. Cantet livre un film social touchant et terrible sur l’impact des réseaux sociaux et la manière dont on s’y met individuellement en scène.

MS - Studio Cinémas

Extraits de la note de soutien de la Ligue des droits de l’Homme

Le film de Laurent Cantet, Arthur Rambo, illustre admirablement ce thème d’éveil de la conscience : avec empathie pour ses personnages, mais sans concession. Il montre comment la mémoire des réseaux sociaux peut venir briser une success story en confrontant un homme à des écrits, à un personnage qu’il a créé mais qu’il croit oublié.

Face à la résurgence de ce double, c’est une interrogation béante sur l’identité : que pense-t-il vraiment, que pensait-il à cette époque, jusqu’à quel point son identité a-t-elle était forgée par la communauté réunie autour de ce personnage ? Qui est la personne authentique ? Ce « double » est-il fictif ? Surtout, n’a-t-il pas été suffisamment pris au sérieux pour alimenter des sentiments de haine, pour les légitimer ? Le film n’est pas moraliste, il montre et interroge bien plus qu’il ne juge, même s’il épingle au passage la versatilité des milieux artistiques et littéraires. D’où son intérêt : voilà bien une tragédie moderne, enlevée, aussi rapide, accélérée que la circulation de l’information aujourd’hui qui fait réellement écho à l’expérience des jeunes.

Pour découvrir ce film

Vidéo à voir en ligne :
Plateforme CinéMutins :

Vous souhaitez organiser une projection non commerciale du film ?

Découvrir les catalogues d’organismes de diffusion spécialisés sur le site d’Autour du 1er mai

Le film dans la Base cinéma & société

Chemins d’accès :

Pour aller plus loin

La Ligue des droits de l’Homme soutient le film : lire la note de soutien