Le Procès : l’État de Russie contre Oleg Sentsov (The Trial: The State Of Russia Vs Oleg Sentsov)

Un film de Askold Kurov

 2017  Pologne  Documentaire  75 mn  Couleur  DCP  Mode de production : Cinéma  VOSTF (polonais)

 Musique : Sorin Apostol  Image : Askold Kurov  Montage : Michal Leszczylowski

 Participants : Oleg Sentsov

Producteur :
Marx Films (Keemia 19 - 257, 10616 Tallinn, Estonie, @ : studio@marxfilm.com)
Distributeur :
Rise and Shine world Sales UG (Schlesische Strasse 29/30, DE – 10997 Berlin, ALLEMAGNE, @ : info@riseandshine-berlin.de)
Distributeur institutionnel :
ADAV (41 rue des Envierges, 75020 Paris, Tél : 01 43 49 10 02, Fax : 01 43 49 25 70, @ : contact@adav-assoc.com)

Dans ce documentaire, Askold Kurov enquête sur les dessous du procès d’Oleg Sentsov, un cinéaste et militant ukrainien qui s’est activement opposé à l’occupation russe de la Crimée. L’enquête de Kurov, menée tout au long de 2015, révèle progressivement une histoire kafkaïenne absurde et effrayante sur la façon dont quiconque peut devenir une victime d’une machine d’État impitoyable.

Oleg Sentsov est un cinéaste ukrainien et un militant d’Euromaïdan, originaire de Crimée. Après l’annexion russe de la Crimée, il s’est activement opposé à l’occupation. En mai 2014, il est arrêté par les services de sécurité russes avec trois autres citoyens ukrainiens (Hennady Afanasyev, Alexeï Tchirniy et Alexandre Koltchenko). Tous les quatre sont accusés de préparer des actes terroristes contre une statue de Lénine et contre des bâtiments administratifs passés aux mains des Russes. Sentsov est ensuite transféré à Moscou.

Dans ce documentaire, Askold Kurov retrace étape par étape le procès d’Oleg Sentsov depuis son arrestation et ses premières comparutions devant les juges, jusqu’à sa condamnation, le 25 août 2015, à 20 ans de détention. Il suit également les tentatives de sa famille, de ses amis et avocats pour le faire sortir de prison. Ce cas notoire a inspiré de multiples manifestations à travers le monde : la European Film Academy, de nombreux cinéastes tels que Pedro Almodovar, Wim Wenders, Agnieszka Holland ou Ken Loach ont notamment appelé à la libération d’Oleg Sentsov.

Extrait de la note de soutien de la Ligue des droits de l’Homme

Le documentaire « repose essentiellement sur les déclarations d’Oleg Sentsov filmées lors de son procès – Alexandre Koltchenko, anarchiste, écologiste et défenseur des droits de l’Homme, apparaît dans le box des accusés avec lui – et sur les témoignages de son avocat, Dimitri Dinze, et de sa cousine Natalia Kaplan. Les témoignages sont appuyés par des images d’archives de la télévision publique et de différentes manifestations de soutien au cinéaste.

Le pré-générique rappelle qui est Oleg Sentsov : réalisateur ukrainien âgé de 37 ans lors de son arrestation, père de deux enfants, organisateur de tournois internationaux de jeux en ligne et réalisateur en 2011 d’un premier long-métrage, Gamer, sur cet univers du cybersport. Oleg Sentsov a pris une part active à la révolte pro-européenne d’Euromaïdan à Kiev fin 2013 puis est retourné ensuite chez lui en Crimée après l’invasion russe où il a apporté de l’aide aux soldats ukrainiens pris au piège, aidant des familles ukrainiennes menacées à rentrer chez elles.

[…] Kirill Rogov, professeur de sciences politiques, analyse très clairement l’objectif de ce procès : mis en scène et relayé par les médias, il est destiné à envoyer un signal aux élites et aux activistes et à servir d’avertissement à la population toute entière. Preuves et charges sont évidemment sans fondement et ne sont là que pour démontrer que chaque individu est totalement sans défense devant une telle machine. Il s’agit pour les autorités de maintenir une certaine peur en s’en prenant à une personnalité en vue, démontrant par là que même la notoriété ne protège pas. C’est « le principe Khodorkovsky » : « si vous pouvez détruire le plus puissant oligarque, vous pouvez détruire n’importe qui ».

[…] Ce film démontre de façon implacable que l’État de droit n’existe pas en Russie dès lors qu’il n’y a pas de séparation des pouvoirs et que les magistrats sont entièrement aux ordres du pouvoir politique.

[…] Le 14 mai 2018, Oleg Sentsov a entamé une grève de la faim dans la colonie pénitentiaire de Labytnangui (Sibérie occidentale) où il a été transféré après son procès. Depuis, de nombreuses personnalités politiques et du monde de la culture, ainsi que plusieurs organisations, dont la Ligue des droits de l’Homme, appellent à la libération d’Oleg Sentsov et des autres prisonniers politiques ukrainiens. »

Pour découvrir ce film

À télécharger :
Dossier de presse (PDF - 1,8 Mio)
Vidéo :
Sur internet :

Le film dans la base

Chemin d’accès :
Période :