Ma blessure d’âge adulte

Un film de Matteo Moeschler

 2020  France  Documentaire  Prise de vue réelle  50 mn  Couleur  Mode de production : Cinéma  VF

 Image : Yannick Casanova  Son : Amaury Arboun  Montage : Estelle Horrenberger

Producteur :
Mareterraniu Productions (13 cours du Général Leclerc, 20000 Ajaccio, Tel : +33 (0)4 95 28 40 68 / +33 (0)6 12 08 19 73, Portable Direct : +33 (0)6 12 08 19 73, @ : contact@mareterraniu.com)
Distributeur :
Mareterraniu Productions (Mareterraniu production, 13 cours du Général Leclerc, 20000 Ajaccio, Tel : +33 (0)4 95 28 40 68 / +33 (0)6 12 08 19 73, Portable Direct : +33 (0)6 12 08 19 73)

Jeune réalisateur, Matteo Moeschler a été grièvement blessé dans la panique d’une charge policière au cours de la manifestation du 1er mai 2018, à Paris. Traumatisé, il décide d’aller à la rencontre d’autres personnes qui ont également été mutilées dans le même contexte, notamment des membres du collectif « Mutilés pour l’exemple ».

En montrant la normalisation de la répression et des violences pendant les manifestations, notamment au cours des mobilisations des Gilets jaunes, ce documentaire pose la question de la censure de notre expression citoyenne, exercée par les forces de l’ordre, et donc par l’État. Il interroge aussi le libre-arbitre de ces policiers qui choisissent de tirer à bout portant sur des manifestants en utilisant des armes mutilantes (comme les LBD - Lanceur de balles de défense). Mais, à travers des témoignages poignants, le film montre surtout la lutte quotidienne des victimes de ces violences, dont la vie a été totalement bouleversée pour avoir simplement souhaité exercer leur droit à manifester.

Vous souhaitez organiser une projection non commerciale du film ?

Découvrir les catalogues d’organismes de diffusion spécialisés sur le site d’Autour du 1er mai

Le film dans la Base cinéma & société

Chemins d’accès :
Dans la sélection filmographique :

Pour aller plus loin

Lire la « Lettre au policier qui m’a tiré dessus : j’ai perdu mon œil, mon cerveau et la personne que j’étais » par Vanessa Langard, grièvement blessée au visage par un tir de LBD40 au cours d’une manifestation de Gilets jaunes.