Grand bal (Le)

Un film de Lætitia Carton

 2018  France  Documentaire  Prise de vue réelle  99 mn  Couleur  Mode de production : Cinéma  VF

 Scénario : Laetitia Carton  Image : Karine Aulnette, Prisca Bourgoin, Laetitia Carton, Laurent Coltelloni  Son : Nicolas Joly, François Waledisch, Virgile Van Ginneken, Olivier Dandré, Joël Rangon  Montage : Rodolphe Molla

Producteur :
SaNoSi productions (2 route du Parc, 28130 Maintenon, Tél : 02 37 99 52 35, @ : contact@sanosi-productions.com)
Distributeur :
Pyramide Distribution (5 rue du Chevalier de Saint-Georges, 75008 Paris, Tél : 01 42 96 01 01, Fax : 01 40 20 05 51, @ : distribution@pyramidefilms.comd)

Note de la réalisatrice

« C’est l’histoire d’un bal. Un grand bal. Dans le bocage bourbonnais, au mois de juillet, depuis plus de 27 ans, qu’il pleuve, qu’il gadouille, qu’il vente ou sous le soleil, on y danse, on y danse, pendant sept jours et sept nuits. Tous en rond, nous sommes plus de 2000, toutes générations confondues, du nourrisson à l’octogénaire. On y parle aussi plusieurs langues. On vient de partout. Ça tourne, ça virevolte, ça piétine, ça transe, ça transpire, ça rit, ça pleure, ça chante, ça joue, ça suinte, ça vit.

J’y danse aussi.

Mais cette année je vais y faire un film. Tenter de partager, rendre visible ce tourbillon pour qui ne le connaît pas. Le film aussi comme un tourbillon. Danser, danser, tenir, manger, danser, danser, danser, dormir, danser, danser, écouter son corps, sa fatigue, boire, danser, ne rien louper, des fois que ce soit mieux encore alors qu’on est parti se coucher, danser, se rencontrer. Filmer les regards, les échanges, le “entre“, la communauté, la somme de ses singularités, le mouvement balbutiant, naissant, l’agilité, la simplicité des expérimentés, les lâcher-prises, les libertés que l‘on prend, la folie douce, la grande humanité qui défile, la joie qui illumine les visages, les attentes sur les chaises, l’amour qui naît, la fatigue qui tombe, les liens qui resserrent et font tenir debout. Donner à voir comme c’est différent, quand on ose enfin se toucher, quand on se regarde, quand on vit ensemble. Et que la vie pulse. »

L’avis de Tënk

« Le film s’ouvre sur une route de campagne au petit matin. En off, Laetitia Carton se raconte, avec cette même voix qui nous accompagne film après film depuis ses débuts de réalisatrice. Une séquence pour nous laisser le temps de nous préparer, qui agit comme un lever de rideau sur la cascade d’émotions prêtes à nous tomber dessus dans un instant. Car on ne revient pas indemne du bal de Gennetines, et la cinéaste est bien décidée à nous faire vivre cette expérience dingue. Au son des instruments de musique de la fête, vielle, accordéon, tambourin ou clarinette, et par un enchaînement cinématographique composite, alliant le sens de l’observation d’un Frederick Wiseman et des jeux de caméra subjective et fictionnelle, la réalisatrice nous entraîne dans une farandole réjouissante, et nous pousse – un comble pour un film – à ne pas rester devant nos écrans. » - Pauline David (Programmatrice, directrice du festival En ville ! de Bruxelles)

Pour découvrir ce film

À télécharger :
Dossier de presse (PDF - 4,5 Mio)
Vidéo à voir en ligne :
Plateforme Tënk :
Plateforme CinéMutins :

Le film dans la Base cinéma & société

Chemins d’accès :
Dans la sélection filmographique :

Pour aller plus loin