Molière

Un film de Ariane Mnouchkine

 1978  France  Fiction  Prise de vue réelle  118 mn  Couleur  Mode de production : Cinéma  VF

 Scénario : Ariane Mnouchkine  Musique originale : René Clémencic  Image : Bernard Zitzermann  Son : Alix Comte  Montage : Françoise Javet, Georges Klotz

 Distribution artistique : Philippe Caubere, Joséphine Derenne, Brigitte Catillon, Claude Merlin, Jean-Claude Bourbault, Françoise Jamet, Françoise Audollent, Louba Guertchikoff, Serge Coursan, Daïna Lavarenne, Lucia Bensasson, Nicole Felix, Rémy Charpentier, Norbert Journo, Clémence Massart, Jonathan Sutton, Armand Delcampe, Odile Cointepas, Jean Daste, Jean-Claude Penchenat, Roger Planchon

Producteurs :
Les Films 13 (15 avenue Hoche, 75008 Paris, Tél : 01 44 13 11 13, @ : cesanneesla@lesfilms13.com)
Le Théâtre du soleil (Cartoucherie, 75012 Paris)
Distributeur :
Les films du soleil et de la nuit (Route de la pyramide, 75012 Paris)

Ce film raconte l’histoire de Molière. Comment un petit garçon né en 1622 d’un père tapissier et d’une tendre mère qu’il perdra trop tôt, deviendra-t-il cet acteur prodigieux. Cet auteur universel que nous connaissons tous si bien et si mal ?

« Très marquée esthétiquement par son séjour en Asie où elle découvrit les pratiques orientales du théâtre, Ariane Mnouchkine conçoit par ailleurs son travail comme indissociable de son engagement sur la place publique. Ses spectacles sont une adresse à la société. […] C’est dans cet esprit qu’elle entreprit à partir de 1976 et avec des moyens exceptionnels de raconter au cinéma la vie de Molière, interprété par Philippe Caubère. Le film nécessita deux ans de tournage. Mnouchkine y retrace, pendant plus de 4 heures, la vie de l’homme de théâtre que fut Molière, consacrant plus de la moitié du film quasiment à son enfance et à ses années de théâtre ambulant. Mais elle y réfléchit également sur l’avènement d’un État absolutiste et sur le rôle de Louis XIV comme protecteur des arts. Pour toutes ces raisons, le film fut assez mal reçu par la critique : on lui reprocha l’importance donnée aux scènes de théâtre de rue, au détriment d’un portrait centré sur la figure de l’écrivain, telle que l’histoire, académique et scolaire, l’avait figée depuis des années. […] Le film, sorti dans à peine 6 salles, connut une deuxième vie grâce à la télévision qui le diffusa en 5 cinq parties d’une heure en 1980 ; cela lui permit ainsi de trouver un public beaucoup plus large. » Vincent Casanova (Lumni)

Pour découvrir ce film

Vidéos à voir en ligne :

Vous souhaitez organiser une projection non commerciale du film ?

Consulter les catalogues d’organismes de diffusion spécialisés afin de voir si ce film en fait partie

Le film dans la Base cinéma & société

Chemins d’accès :