Guerre d’Hollywood (La)

Un film de Michel Viotte

 2013  France  Documentaire d’information/Reportage  Prise de vue réelle  3 X 70 mn  Noir & Blanc  Mode de production : Télévision  VF

 Scénario : Michel Viotte  Musique originale : Greco Casadessus  Montage : Bénédicte Mallet

 Distribution artistique : Avec la voix de Philippe Torreton

Producteur :
La compagnie des Indes (54, Boulevard Rodin, 92130 Issy les Moulineaux, Tél : 01 41 09 78 80, Fax : 01 41 09 78 89, Mail : cdi@compagniedesindes.tv)

Un documentaire historique en deux parties sur l’engagement du cinéma hollywoodien dans la Seconde Guerre mondiale : stars enrôlés pour participer aux combats, acteurs invitant à soutenir l’effort de guerre, comédiens jouant dans des films sensibilisant l’opinion publique aux enjeux du conflit, financement de la guerre avec le soutien de la Hollywood Victory Caravan, réalisateurs dirigeant des films de propagande ou d’information sur les camps nazis libérés par les Alliés, etc.

  • Épisode 1 : Unis sous les drapeaux

En 1933, lors de l’arrivée au pouvoir d’Hitler en Allemagne et de Roosevelt aux États-Unis, Hollywood est déjà un géant économique, la huitième industrie du pays. En son sein, des voix s’élèvent déjà contre la montée du fascisme – Confession of a Nazi Spy est le premier grand film antinazi. À partir du 11 décembre 1941, tous les métiers du cinéma vont se mettre au service de la propagande, de la création de bataillons de cameramen de combat à la promotion des bons de guerre du Trésor en passant par l’enrôlement en masse et la formation de nouvelles recrues.

  • Épisode 2 : Face aux dictatures

Durant la Seconde Guerre mondiale, les studios de Hollywood se mettent au service de l’effort de guerre. Des milliers de films et de documentaires sont produits pour servir des objectifs précis : motiver l’engagement, aider à la formation des troupes, dénoncer l’idéologie nazie et l’impérialisme nippon. Les longs métrages de fiction ont ainsi permis au public américain de mieux connaître ses alliés et ses ennemis. Les stars sont aussi mises à contribution. Ainsi, pour l’organisation du front intérieur, certaines vedettes participent à une série de films pédagogiques tels que la lutte contre le gaspillage de matières premières ou l’encouragement des femmes à exercer des métiers masculins. Et pour entretenir le moral des troupes et les divertir, des vedettes du cinéma et de la chanson vont directement sur le front, en Europe et dans le Pacifique (400 000 shows entre 1941 et 1944). D’autres vedettes, enfin, comme Clark Gable, James Stewart ou Tyrone Power, participent en personne aux combats.

  • Épisode 3 : Sur tous les fronts

À partir de son entrée en guerre, l’Amérique se doit de célébrer ses alliés : de nombreux films vantent la puissance de la nation russe, la résistance de la Grande-Bretagne et dénoncent l’invasion de la Chine par le Japon. À l’inverse, le Japon est érigé en ennemi juré des États-Unis : il faut venger Pearl Harbor, au travers d’une propagande à la limite de la haine raciale. À la fin du conflit, les caméras d’Hollywood assistent à la libération des camps, fournissant autant de preuves des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité de l’ennemi. Mais après la capitulation allemande, il faut encore convaincre le public de la nécessité d’en finir avec le Japon.

Pour découvrir ce film

Vidéos à voir en ligne :

Le film dans la Base cinéma & société

Chemins d’accès :
Période :

Pour aller plus loin

Découvrir le livre éponyme que le réalisateur a publié aux éditions de La Martinière.