Autour du premier mai, la base Cinéma et Société 26 chemins d’accès pour retrouver les films par thème La forêt des amis, choix de films subjectifs et revendiqués L’arbre de l’histoire, les films classés par période historique La coopérative du cinéma, liens vers les lieux de consultation, les festivals, les sites Les sélections filmographiques

Rechercher dans la base

Tous les films - Tous les réalisateurs

Chemins d’accès : Le monde est-il une marchandise ?, XXème siècle in L’Histoire territoire de la mémoire ?

Période : Les 5 continents

Guerre des cotons (La)

Un film de Jean-Michel Rodrigo

2005 • France • Documentaire • 55 mn • Couleur • Mode de production : Télévision • VF

Image : Marina Paugam

Son : Philippe Drouot

Montage : Alain Robiche

pour trouver ce film :

Producteur :

Mecanos productions

52 avenue Pierre Sémard
94200 Ivry sur Seine
Tél. : 01 41 65 32 03
Mail : mecanos.productions@mecanos.fr

Distributeur :

Voir & Agir

119 rue Pierre Sémard
93000 Bobigny
Tél : 01 42 45 50 87
Port : 06 07 94 46 14
mail : voireagir@wanadoo.fr

Éditeur :

Mecanos productions

47 rue des Blancs Manteaux
75004 Paris
Tél : 01 42 76 00 46
Fax : 01 42 76 00 68
Mail : mecanos.productions@mecanos.fr

Le cas du coton a fait couler beaucoup d’encre depuis le lancement, en 2001, du premier appel des cotonniers ouest africains pour la survie de leur filière, menacée par la concurrence internationale.

Jean-Michel Rodrigo nous fait découvrir, à travers son film (co-financé par le Comité Français pour la Solidarité Internationale) une guerre commerciale à la fois symbolique du tragique déséquilibre planétaire et porteuse d’espoir : à l’Organisation Mondiale du Commerce, des nations en développement ont pu parler d’une seule voix et avancer un message commun.

C’est l’histoire de la mondialisation appliquée au coton.

D’un côté, des machines infernales roulant à tombeau ouvert dans des champs qui s’étendent à l’infini. Des engins effectuant le travail de mille hommes et qui coûtent jusqu’à cinq cent mille dollars chaque. De l’autre, de minuscules lopins à l’ombre des baobabs et des paysans qui cueillent à la main avec l’aide d’enfants faisant l’école buissonnière le temps de la récolte…

D’un côté, les États-Unis, première puissance économique de la planète, de l’autre une poignée de pays d’Afrique de l’Ouest considérés parmi les plus pauvres du monde.

Entre les deux, une compétition acharnée pour la conquête du marché chinois : un milliard trois cent millions de personnes à vêtir, cent millions d’employés dans le textile et le coton, des dizaines de milliers d’usines géantes. Une industrie en pleine explosion qui inonde le marché-monde et menace directement la concurrence, asiatique, maghrébine, latino-américaine.

La compétition n’est pas seulement acharnée, elle est surtout déloyale, car les pays africains respectent les règles de libre concurrence imposée par l’Organisation Mondiale du Commerce et n’accordent aucune subvention à leur coton. Les Etats-Unis, eux par contre, continuent de verser entre trois et quatre milliards de dollars par an à leurs agriculteurs pour les inciter à produire afin de maintenir leur position historique de premier exportateur de la planète.

Au plan de la concurrence, la situation était devenue tellement intenable, qu’en 2003, l’Afrique a décidé de protester officiellement auprès de l’OMC réunie à Cancùn. Depuis, rien n’a vraiment été réglé, et la guerre des cotons continue de faire rage.

Certains protagonistes de rappeler que ce conflit plonge ses racines dans les plantations de Lousiane, à l’époque tragique de l’esclavage. Qu’il était déjà question de relations entre l’Afrique et l’Amérique. Que le coton est, depuis lors, le symbole des inégalités qui dominent les relations internationales. Qu’il est grand temps que cela change.

Le coton est, en effet, pour une bonne partie de l’Afrique, le seul succès économique tangible. La seule filière qui permette à certains pays d’intégrer le mouvement actuel de mondialisation. Le seul négoce capable de remplir les caisses des Etats, de financer les routes et les hôpitaux, les écoles et l’électricité …Le seul à fixer des populations qui seraient autrement tentées par l’exil vers l’Europe.

Impossible d’évoquer le coton - ni la guerre actuelle- sans évoquer le rôle de la France.

C’est elle qui, après les indépendances - a eu l’idée d’implanter l’or blanc en Afrique noire. C’est elle, encore aujourd’hui, qui tente de faire avancer le dossier au sein du groupe restreint des grandes puissances. Les cotonniers français ont bien conscience que leurs intérêts sont en grande partie liés au sort de l’Afrique. Ils agissent donc en conséquence… Et tentent de se placer au mieux sur le marché chinois.

La voie africaine est étroite. Il lui reste tout de même quelques atouts. Le premier de tous est de rappeler que son coton est le plus écologique de la planète. L’Afrique peut également compter sur une génération de styliste talentueux qui ne demande qu’à promouvoir une matière première méticuleusement cueillie à la main, savamment teintée et artistiquement mise en forme. Les niches " haut de gamme " ouvrent des perspectives prometteuses.

Enfin, la communauté internationale pourra difficilement ignorer plus longtemps que le salut d’une partie de l’Afrique passe par l’exploitation de l’or blanc. Que ses Présidents - comme ses paysans - ne demandent aucunement l’aumône… Ils exigent simplement que justice leur soit rendue.

Aidez-nous à améliorer le site en nous signalant vos corrections sur cette fiche film.

 
fiche-film.png
English presentation