Focus sur le catalogue des films « Images de la diversité »

« Images de la diversité » est un programme conjoint du CNC (Centre national du cinéma et de l’image animée) et de l’ACSE (Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances), qui vise à soutenir la production d’œuvres audiovisuelles susceptibles de faire évoluer les représentations et de lutter contre les préjugés. Les œuvres sont sélectionnées en fonction de critères originaux : qualité artistique, impact social et sociétal du projet, capacité à toucher un large public et à transformer les clichés sur la vie des quartiers.

Vous trouverez donc dans cette sélection des films soutenus dans ce cadre, dont les thèmes sont très divers. Un certain nombre d’entre eux plongent au cœur de la vie dans les quartiers, et nous emmènent dans des scènes de vie : la vie en bandes, la cour de récré, le fait d’être une femme, l’engagement citoyen et militant, la solidarité…

D’autres films s’intéressent au statut de l’étranger : partir, revenir, se sentir étranger dans son pays de naissance tout autant que dans son pays d’accueil. Plusieurs réalisateurs ont questionné cette relation particulière aux pays et à la notion d’étranger. Certains se posent la question de l’identité, d’autres s’intéressent à l’arrivée en France de migrants et de l’accueil qui leur est réservé (foyer, demande d’asile…), et d’autres encore vont interroger l’histoire et ses traces.

Dans cette sélection, vous trouverez aussi des films qui rendent hommage à la culture, au sens large, apportée par toutes les personnes venues d’ailleurs : musique, littérature, théâtre, cuisine, traditions ancestrales…

Vous trouverez aussi des films qui donnent à voir le territoire : le quartier, les immeubles, et comment les habitants s’en emparent et se l’approprient.

Chronique d’une cour de récré

Brahim Fritah, 2012

Le film s’ins­pire des sou­ve­nirs d’enfance de son auteur, Brahim, 10 ans en 1980 et nous plonge avec ten­dresse dans son quo­ti­dien, entre l’école et les copains, la TV et l’usine, où son père, d’ori­gine maro­caine, est gar­dien. Ancrée dans un contexte économique et social en muta­tion, la fin d’une ère indus­trielle et glo­rieuse mar­quée par une désin­dus­tria­li­sa­tion et des délo­ca­li­sa­tions, cette période est également syno­nyme de trans­for­ma­tions pour le jeune Brahim.

À te regarder, ils s’habitueront

Raphaël Girardot, Maxime Sassier, 2011

L’atelier du lycée Jean Renoir de Bondy (93) prépare des élèves volontaires au concours que Sciences-Po Paris a créé pour les élèves défavorisés. Il est au cœur d’une politique de discrimination positive encore balbutiante…

Joseph l’insoumis

Caroline Glorion, 2011

En 1957, alors que se posent les bases de la future Union Européenne, Joseph Wresinski créé une alliance entre les très pauvres et les autres citoyens, au nom de leur égale dignité. Il était convaincu que cette alliance s’imposait au nom de leur humanité.

J’étais en prison et vous m’avez visité

Jacqueline Gozland, 2011

Chaque jour dans les prisons, des hommes et des femmes de foi, catholiques, musulmans, juifs, protestants, bouddhistes, orthodoxes, accompagnent les détenus. Ils sont aumôniers des prisons. Dans le plus grand secret, ils captent la parole enfouie de ces emmurés et peuvent permettre à l’homme de faire son chemin.

Enfants d’Hampaté Bâ (Les)

Emmanuelle Villard, 2011

À travers les souvenirs personnels du slammeur peul Souleymane Diamanka et la destinée de sa famille, c’est d’un multiculturalisme qu’on explore. Entre tradition et modernité, héritages et acquisitions, un film sur l’identité et ses multiples visages.

Deux ou trois choses que je sais d’eux

Joëlle Stéchel, 2011

Va et vient entre passé et présent, ce documentaire retrace l’histoire de l’hôpital Franco musulman de Bobigny, qui de 1935 aux années soixante eut vocation à soigner les travailleurs d’origine maghrébine de la région parisienne.

Smaïn, cité Pablo Picasso

Anna Pitoun, 2011

Smaïn est un jeune homme de Nanterre. De la cité provisoire, rue Gutenberg, à la cité Pablo Picasso, il raconte ses années d’adolescence. Le deal au pied des tours, l’école dont il s’éloigne, la violence de la drogue qui décime les grands frères, la prison. Et puis le déclic. La volonté de vivre autrement. Le monde du travail, les espoirs, les rêves. Les doutes aussi.

Bandes, le quartier et moi (Les)

Atisso Médessou, 2011

Ayant grandi en banlieue, le réalisateur y est ensuite dans les quartiers de son enfance avec sa caméra, pour tenter de comprendre le phénomène des bandes et ses conséquences.

Place (La)

Marie Dumora, 2010

Après la Seconde Guerre mondiale, la ville de Colmar a octroyé à une poignée de gitans le terrain d’une ancienne déchetterie. Gitans et manouches y vivent parfois depuis deux générations : certains ont construit des maisons, d’autres ne font que s’y poser pour quelques jours avec leur caravane. La réalisatrice suit la vie de la Place au jour le jour à travers ses habitants, alors que la ville a annoncé le démantèlement du camp. Au fil des échanges apparaissent les formes de discrimination qu’ils subissent ou ont subies.

Héritiers du silence

Saïd Bahij, Rachid Akiyahou, 2010

L’histoire des hommes à travers la destinée d’une ville, ses murs, ses mots (maux !) et ses panneaux. Saïd Bahij, qui habite la cité depuis son enfance, s’applique à décrypter la “forêt de symboles” du Val Fourré.

Immigration, aux frontières du droit (L’)

Manon Loizeau, 2010

La politique des quotas instaurée en 2006 suscite de violentes réactions de la part d’associations comme de personnes chargées d’appliquer la loi, et de pilotes d’avions transportant des sans-papier. Ce documentaire met à jour les rouages de cette politique et en questionne les cadres légaux.

Etrangers des deux rives

Hamid Arab, 2010

Des milliers d’immigrés originaires du Maghreb arrivèrent en France pour participer à l’effort de reconstruction. Aujourd’hui, au soir de leur vie, ils se retrouvent dans une solitude totale, remisant au placard le mythe du retour qui leur a donné la force d’aller de l’avant.

Destin au bout du pied

Yves Maillard, 2010

Coup de projecteur sur la fragilité du destin des jeunes Africains qui rêvent d’une carrière de footballeur professionnels en Europe.

Dans les branches du Banian

Shu Aiello, 2010

« En cette époque où la Nouvelle-Calédonie doit décider de son avenir par referendum, retour sur les instants passés et présents de ce territoire aux nombreuses turbulences. Comment et avec qui se fera la Nouvelle-Calédonie de demain ? Sera-t-elle comme l’avait voulu le leader indépendantiste Jean-Marie Tjibaou la terre « de deux peuples et un seul cœur « ? »

Abderrahmane Sissako - Une fenêtre sur le monde

Charles Castella, 2010

Portrait du cinéaste Abderrahmane Sissako, né en Mauritanie et installé à Paris depuis une quinzaine d’années et qui interroge les rapports en l’Afrique et l’Occident : les relations du cinéastes avec la France et avec son pays d’origine, le rapport à l’autre et la notion d’identité, la création quand on possède deux cultures.

Dieu nous a pas fait naître avec des papiers

Luc Decaster, 2010

En Bourgogne, dans un lieu de vie pour jeunes migrants clandestins, plusieurs culture se côtoient. Tous sont arrivés entre 16 et 17 ans. La question du «  Vivre ensemble  » se trame en suivant le parcours de chacun : leur quotidien, leur cursus scolaire, les stages professionnels, leur évolution en France.

Citoyens ou étrangers ?

Jon Kalina, 2010

Ce documentaire répond à l’une des plus importantes questions de notre temps : dans quelle mesure les politiques nationales et les attitudes sociales « fabriquent » des nouveaux résidents bien intégrés ou bien contribuent-elles à leur ségrégation aux marges de nos sociétés ? Qu’est ce qui fait des étrangers de nouveaux citoyens ?

Ceux qui aiment la France

Ariane Ascaride, 2010

Amina vit avec sa famille dans une cité marseillaise. Elle a 11 ans et demi, elle est d’origine maghrébine, sans-papier et elle se sent entièrement française. Amina n’aime pas les Arabes, sauf sa famille. Au moment de son entrée au collège, elle vit de nombreux chamboulements : l’agression de son père, la demande de régularisation, son premier amour. Amina s’accroche à ses illusions mais la réalité va vite la rattraper.

Avenue de la liberté

Fiorentino Julien, 2010

Prison de Fresnes en 2010 : des hommes racontent l’enfer de la maison, d’arrêt à la française, l’une des prisons les plus dures de l’hexagone. Pourtant, un programme d’actions culturelles est développé : ateliers, spectacles et formations sont mis en place en concertation avec des artistes venant de l’extérieur.

Bateau en carton (Le)

José Vieira, 2010

Au bord de l’autoroute à Massy-Palaiseau, des baraques de fortune abritent une centaine d’enfants, de femmes et d’hommes venus de Roumanie. Dans la Roumanie libérale et européenne, les Roms sont devenus plus que jamais des parias. Pour José Vieira, ce n’est que l’actualité d’une histoire qui n’en finit pas, celle de gens obligés de tout quitter pour conjurer la pauvreté. Ce bidonville de Massy n’est qu’à 300 m de celui où il a grandi. Comprendre cet exode, d’où viennent les gens qui habitent là, qui sont ces « étranges étrangers », comme l’ont été jadis les Portugais ou les Algériens, avec la volonté de nous les rendre familiers et de détruire les préjugés que nous avons à leur égard est l’ambition de son film.

Né sous Z

Frédérique Pollet Rouyer, 2010

Un film sur les enfants métis en Indochine «  rapatriés  » en France, arrachés à leur mère après la chute de Saigon.

Demain c’est loin

Natacha Sautereau, 2010

À Graulhet, les 120 usines de cuir ont fermé les unes après les autres. Le chômage a transformé la coté tarnaise en décor déserté. Refusant la fatalité, Fouad, 26 ans, entend bien jouer un rôle dans la destinée de sa ville natale.

Nous, princesses de Clèves

Régis Sauder, 2010

L’action se déroule en 1558, à la cour du roi Henri II. Mademoiselle de Chartres, devenue Princesse de Clèves après son mariage, rencontre le Duc de Nemours. Naît entre eux un amour immédiat et fulgurant, auquel sa mère la conjure de renoncer. Aujourd’hui à Marseille, des élèves du Lycée Diderot s’emparent de La Princesse de Clèves pour parler d’eux. A 17 ans, on aime intensément, on dissimule, on avoue. C’est l’âge des premiers choix et des premiers renoncements.

Correspondances

Laurence Petit-Jouvet, 2010

Des femmes de la diaspora malienne vivant à Montreuil en Seine-Saint-Denis, s’adressent dans une « lettre filmée » à une personne de leur choix, réelle ou imaginaire. Des femmes de Bamako et de Kayes au Mali s’en inspirent ensuite librement, pour réaliser à leur tour leur « lettre filmée ».

Roses noires (Les)

Hélène Milano, 2010

La réalisatrice rencontre des jeunes filles beurres ou noires dans les banlieues, les questionnant sur la manière de vivre leur féminité au sein de la cité.

Maurice Audin, la disparition

François Demerliac, 2010

A Alger, en juin 1957, Maurice Audin, jeune mathématicien de 25 ans, est arrêté par les parachutistes français. Sa femme, Josette, et ses trois enfants, ne le reverront plus jamais. Ce documentaire entrecroise des témoignages des protagonistes français et algériens

93 la belle rebelle

Jean-Pierre Thorn, 2010

Une épopée - du rock au slam en passant par le punk & le hip hop- incarnant un demi-siècle de résistance musicale flamboyante et se faisant porte-voix d’ une jeunesse et de territoires en perte d identité, sous les coups des mutations industrielles, des désillusions politiques et de l’ agression constante des pouvoirs successifs les stigmatisant comme «  voyous  »,«  sauvageons  » ou «  racailles  »

Inconnu, présumé français

Philippe Rostan, 2009

Après la défaite de Dien Bien Phu, en 1954, 4500 eurasiens issus des amours entre colonisateurs et colonisés ont été rapatriés en France. Ils évoquent de façon poignante leur déchirure d’enfants écartelés entre deux cultures.

Abd El-Kader, l’éxil et le divin

Florida Sadki, 2009

Deux comédiens en quête d’un personnage de théâtre partent sur les traces de l’Emir Abd El-Kader, lors de son exil au château de Pau, du 29 avril au 2 novembre 1848.

Cuisine en héritage (La)

Mounia Meddour, 2009

Des mères marocaines transmettent oralement le savoir faire de la cuisine traditionnelle, avec les Dadas (esclaves domestiques), devenus les dépositaires d’un trésor inestimable et savoureux.

Arrivants (Les)

Claudine Bories, Patrice Chagnard, 2009

Ce film a suivi le quotidien d’assistantes sociales, qui accueillent chaque jour des familles qui viennent demander l’asile en France.

Choix de Valentin (Les)

Marine Place, 2009

Calais, 2007. Valentin passe son bac et partage son temps entre le lycée, l’hôpital où est soignée sa mère et l’engagement auprès de jeunes réfugiés. Ils viennent d’Afghanistan, d’Irak, d’Iran,d’Afrique… tous portés par l’espoir de rejoindre l’Angleterre.

Armée du crime (L’)

Robert Guédiguian, 2009

Inspiré de l’Affiche rouge, ce film évoque les actes de résistance commis par le groupe Manouchian des FTP-MOI et son arrestation par la police française, groupe composé d’un Arménien, de Juifs d’Europe centrale, de républicains Espagnols, d’Italiens anti-fascistes, tous très jeunes.

Drôle de mai. Chronique des années de boue

José Vieira, 2008

Lorsque se déclenchent les événements de mai 68, l’immigration portugaise commence à peine à s’installer en France. La plus grande vague migratoire que la France ait jamais connue s’est amorcée en 1963. En 1968, ils sont déjà 500 000. Mai 68 va les surprendre dans les années provisoires, quand ils ne pensent qu’à économiser pour construire la maison au pays.

89, avenue de Flandre

Allessanda Celesia, 2008

Accrochés à leur immeuble depus sa construction dans les années 1970, les plus anciens habitants d’une tour parisienne se sont laissé filmer, entre solitude et sentiment d’appartenance à une drôle de communauté.

9/3 mémoire d’un territoire

Yamina Benguigui, 2008

Le 9-3 se dessine comme un territoire au début du XXe siècle. Paris délocalise ses industries polluantes au Nord Est. Les ouvriers parisiens, les paysans pauvres, les populations immigrées d’Europe et des anciennes colonies vont y travailler. Au fil des époques, les frontières du territoire du 9-3 se sont clairement dessinées. Tracé d’un processus d’exclusion à voir et à comprendre.

D’un mur l’autre

Patric Jean, 2008

Du nord au sud, Patric Jean part avec humour et tendresse à la rencontre d’hommes et de femmes qui ont migré des quatre coins du monde et qui composent cette nouvelle société, y participant avec énergie et générosité.

Chine est encore loin (La)

Malek Bensmail, 2008

Le 1er novembre 1954, près de Ghassira, un petit village perdu dans les Aurès, un couple d’instituteurs français et un caïd algérien sont les premières victimes civiles d’une guerre de sept ans qui mènera à l’indépendance de l’Algérie. Plus de cinquante ans après, Malek Bensmaïl revient dans ce village

Candidats pour du beur ?

Samir Abdallah, 2008

Au regard de l’histoire des luttes pour une égalité réelle, nous suivons les filles et fils d’ouvriers immigrés investis comme candidats de la « diversité » dans les différentes campagnes électorales depuis la Présidentielle 2007.

Bureaux de Dieu (Les)

Claire Simon, 2008

Les Bureaux de Dieu, de Claire Simon, se situe à la frontière du documentaire et de la fiction. La réalisatrice a filmé des actrices dans le rôle de conseillères du Planning familial.

J’habite le français

Chantal Briet, 2007

Le centre Elisabeth à Belleville. Une école d’apprentissage du français où candidats à l’intégration et bénévoles rêvent d’une société plus juste, plus généreuse.

Avenir est ailleurs (L’)

Antoine Léonard Maestrati, 2007

Plus d’un demi million d’Antillais vivent aujourd’hui en France hexagonale. A l’origine de cette présence massive, un bureau de migration mis en place par l’Etat français au début des années 1960 : le BUMIDOM (Bureau pour le développement des migrations dans les départements d’Outre-mer).

Azur et Asmar

Michel Ocelot, 2006

Un conte d’animation qui nous emmène à la rencontre de deux jeunes hommes, bercés, lorsqu’ils étaient enfants, par la même femme : nourrice de l’un,maman de l’autre. Après une séparation brutale, ils sont devenus des étrangers l’un pour l’autre. pourtant, ils nourrissent ensemble le même rêve : retrouver la fée des Djinns, héroïne des histoires qu’on leur racontait, enfants…

Bled number one

Rabah Ameur-Zaïmeche, 2006

A peine sorti de prison, Kamel est expulsé vers son pays d’origine , l’Algérie. Cet exil forcé le contraint à observer avec lucidité un pays en pleine effervescence, tiraillé entre un désir de modernité et le poids de traditions ancestrales.

Allez Yallah !

Jean-Pierre Thorn, 2006

Un poème épique - une chanson de geste - à la gloire d’une caravane de femmes, se donnant la main des deux côtés de la méditerranée, pour combattre ce fléau de l’intégrisme religieux remettant en cause leurs droits universels à l’égalité.

Traversée (La)

Élisabeth Leuvrey, 2006

Chaque été, ils sont nombreux à transiter par la mer entre la France et l’Algérie. Certains vont en France pour la première fois, d’autres terminent de brèves vacances au “bled”. Les plus âgés transportent avec eux les récits de la vie en France et ceux de l’histoire. Les plus jeunes disent l’Algérie, celle du manque de travail et de l’espoir de trouver un avenir.

J’ai rêvé d’une grande étendue d’eau

Laurence Petit-Jouvet, 2002

Dans sa consultation d’ethnopsychanalyse à l’Hôpital Avicenne de Bobigny, Marie Rose Moro reçoit des familles migrantes, venues d’Afrique, d’Asie, du Moyen Orient et d’ailleurs. Là, les patients peuvent exprimer ce qui leur arrive, sans se couper de leurs croyances, de leurs coutumes, ni de leur histoire. Lieu d’invention autant qu’espace clinique d’exception, ce service a accepté qu’une caméra témoigne du travail sensible qui s’y déroule.

Pour aller plus loin